Accueil > Ecologie > « EDF sous-estime le risque d’un accident nucléaire »

Ecologie

« EDF sous-estime le risque d’un accident nucléaire »

Jacques Repussard

lundi 2 janvier 2012

« Nous devons accepter que l’impossible puisse se produire et il faut pouvoir y remédier. Depuis 2003, nous mettons en garde sur les risques liés aux séismes, sans être vraiment écoutés. »



Jacques Repussard, directeur général de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, dresse le bilan des inspections qu’il a menées dans les centrales françaises.

Le Journal du Dimanche - Qu’a révélé votre audit post-Fukushima sur la sûreté des centrales françaises ?

Jacques Repussard - Celles-ci-ne prennent pas en compte des scénarios comme Fukushima avec une perte totale d’eau et d’électricité. EDF propose des moyens de secours sous vingt-quatre heures, mais on ne peut pas attendre tant de temps. Un séisme pourrait provoquer des accidents sérieux sur certains sites comme à Fessenheim et au Bugey. Les sites des vallées du Rhône et de la Loire doivent surélever leurs digues pour se protéger de fortes inondations.

La centrale de Fessenheim est pointée du doigt. La fermerez-vous ?

Depuis plusieurs années, nous disons qu’il faut renforcer son radier [dalle sous le réacteur] pour éviter une fuite en cas d’accident. Si EDF ne réalise pas ces travaux, il faudra fermer la centrale. Il n’est plus admissible que ces sujets retombent dans l’oubli. Cela nécessite des arbitrages économiques en faveur de la sûreté. Mais il ne faut pas non plus « sacraliser » la fermeture d’un réacteur. La France choisit de rester dans le nucléaire, il faudra construire de nouvelles centrales et donc arrêter les anciennes au fur et à mesure.

Estimez-vous que les centrales françaises ne sont pas sûres ?

Si, elles le sont, mais la sûreté n’est pas statique. Il faut l’améliorer en permanence. Nous voulons pousser le raisonnement sur la sûreté jusqu’au bout. Cette fois, nous verrons si EDF donne suite à nos recommandations. Il y a des vulnérabilités, il faut les traiter. Au quotidien, un certain nombre de manques existent. Parfois, des opérateurs manquent de vigilance, sur des problèmes de sous-traitance par exemple.

EDF et Areva ne semblent-il pas avoir intégré ces changements  ?

Ils n’ont pas fait leur « révolution culturelle ». Fukushima a changé la donne et révélé qu’un accident grave était possible, même dans un pays considéré comme sûr. Nous devons accepter que l’impossible puisse se produire et il faut pouvoir y remédier. Depuis 2003, nous mettons en garde sur les risques liés aux séismes, sans être vraiment écoutés. J’espère que nous le serons cette fois. Sinon, ils devront s’en expliquer. Il ne faut plus laisser croire que le nucléaire est une technologie parfaite. Le gouvernement et EDF ont sous-estimé le risque d’un accident et du rejet du nucléaire par la société.

Vous n’êtes pas rassurant !

Je suis favorable à la transparence. Avant Fukushima, il y avait une « omerta » sur la sûreté pour éviter de créer de la peur. EDF et Areva craignent que la transparence ne leur nuise. Le résultat est qu’une part croissante de la population n’a pas confiance dans le nucléaire. Nous devons au contraire tout dire pour la vigilance de la société. Cacher les choses n’avance à rien. Je pense que les Français sont capables d’entendre la vérité. C’est notre travail de rappeler à l’ordre EDF quand il manque d’attention. L’homme est ainsi fait, mais c’est là que ça devient dangereux.

Quelles conclusions tirez-vous de l’intrusion de Greenpeace dans plusieurs centrales nucléaires ?

Il ne faut pas lui donner trop d’importance. Nous savons qu’une intrusion est possible en quinze minutes, c’est le délai nécessaire pour l’intervention des gendarmes. On peut rajouter des barrières pour gagner du temps ou poster des gardes armés comme dans les centrales américaines. Mais cela n’empêcherait pas les tentatives d’agression et ne dissuaderait sans doute pas les terroristes. Des informations sur les projets de Greenpeace étaient disponibles avant leur intrusion. Le gouvernement doit d’abord améliorer le renseignement et le contre-espionnage pour prévenir ces risques.

Propos recueillis par Matthieu Pechberty




Merci de soutenir Reporterre :

Info

  • Le terrorisme découle aussi de la politique de la Banque mondiale

    Entretien avec Ibrahima Coulibaly

    Au Mali, les politiques imposées par le FMI et la Banque Mondiale ont détruit l’agriculture et l’éducation, poussant les jeunes vers le terrorisme. C’est la théorie d’Ibrahima Coulibaly, agriculteur, président de la Coordination nationale des organisations paysannes du Mali et ambassadeur de la FAO (Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’Agriculture) pour l’agriculture familiale. Entretien.

  • À Marseille, ZAD expulsée, arbres coupés

    Pierre Isnard-Dupuy (Reporterre)

    La première « ZAD urbaine de France » aura tenu huit jours : vendredi, les CRS sont venus expulser les occupants du parc Michel Levy, à Marseille. Les arbres sont coupés, le béton poussera bientôt sur un des rares poumons verts de la ville.

  • « Mettre moins de pesticides, cela ne marche pas. Il faut changer les systèmes de culture »

    Entretien avec François Veillerette

    En 2008, le plan « Ecophyto » prévoyait de baisser l’usage des pesticides tout en conservant une agriculture économiquement performante. Une nouvelle mouture est présentée aujourd’hui par le gouvernement. Entretien avec François Veillerette, porte-parole de Générations futures : les solutions sont là, il manque la volonté politique de les mettre en œuvre.

Tribune

  • Climat : urgence méthane, le gaz oublié

    Benjamin Dessus (Reporterre)

    Le 14 janvier dernier, Obama a annoncé un programme de réduction de 40 % des émissions de méthane des Etats-Unis d’ici 2025. Un pavé dans la mare qui projette sur le devant de la scène le rôle de ce puissant gaz à effet de serre. Mais en France et en Europe, les gouvernements font l’autruche.