66 000 signatures contre le projet de scierie géante dans le Morvan

24 avril 2013 / Adret-Morvan et la ZAD du bois du Tronçay

La pétition : « Touche pas à ma forêt, non à la destruction du Morvan » est remise au ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll le 24 avril.


Il y a deux mois, nous avons lancé une pétition sur la plateforme d’action Change.org pour empêcher la société Erscia d’implanter, dans la Nièvre, un gigantesque complexe industriel qui polluera l’eau et l’environnement. Notre pétition « Touche pas à ma forêt : non à la destruction du #Morvan » a déjà récolté plus de 66 000 signatures.

À l’occasion de la venue de Stéphane le Foll au congrès annuel de la Confédération paysanne, le 24 avril 2013 au centre des expositions de Nevers, nous remettrons symboliquement cette pétition au ministre de la Forêt entre 14h et 17h. Nous vous invitons à venir couvrir ce temps fort de notre mobilisation citoyenne.

En effet à l’abri des regards, un projet de scierie géante est en train de voir le jour dans la forêt du Morvan où nous vivons, et risque de détruire cet écosystème riche et unique. C’est pourquoi, depuis le 5 février, nous avons créé une ZAD au pied du bois du Tronçay pour le protéger des tronçonneuses et pelleteuses qui prépareront le terrain pour les travaux de la société Erscia qui souhaite implanter ce gigantesque complexe industriel. Il comprend un incinérateur qui polluera l’eau et l’environnement.

Pour attirer l’attention de l’opinion et des médias, nous avons lancé une pétition sur Change.org demandant aux autorités locales et nationales l’abandon de ce projet qui va dévaster la forêt. Plus de 66 000 personnes l’ont déjà signée. Mercredi 24 à 16h au centre des expositions de Nevers, nous la remettrons au à Stéphane Le Foll (Ministre de la Forêt) afin qu’il intervienne en notre faveur. Nous serons présents toute la journée sur un stand du congrès.

Malgré, l’enchaînement des succès judiciaires et une mobilisation de plus en plus massive, les élus refusent toujours le dialogue et la situation reste bloquée. Les soutiens en notre faveur sont de plus en plus nombreux. Depuis le début de notre mobilisation, Europe Ecologie les Verts, le NPA et le Parti de Gauche, se sont positionnés en notre faveur. De plus, le 12 avril dernier, la Fédération nationale du bois a attaqué très durement la viabilité du projet Erscia et s’est alarmée des risques écologiques liés à un tel projet.

La mégascierie d’Erscia prévoit de traiter près de 1900 m3 par jour, soit une coupe quotidienne de 3 hectares, l’équivalent de 4 terrains de football toutes les 24 heures. De telles installations favorisent l’industrialisation massive de la sylviculture en Bourgogne et en France. À l’image de l’agriculture intensive, nos forêts deviendront des champs d’exploitation nécessitant engrais et pesticides, générant destructions et pollutions.

En plus d’un désastre écologique, ce projet contribuera à aggraver la crise économique et sociale dans la région. En effet, les scieries du département de la Nièvre, déjà en difficulté, ne pourront pas supporter la concurrence déloyale auxquelles elles seront soumises. Créer 120 emplois sur le site pour en perdre 300 sur le reste du département est sans intérêt.

En choisissant Erscia plutôt qu’une économie locale, solidaire et respectueuse de l’environnement, nos élus de la Nièvre favorisent les intérêts des actionnaires du groupe, plutôt que ceux de la population et un modèle d’exploitation outrancière, plutôt que le développement durable du département.




Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source et photo : Adret Morvan

Lire aussi : Morvan : une première victoire juridique !

DOSSIER    Forêt

20 octobre 2018
L’agriculture urbaine pourrait nourrir 10 % des populations des villes
Tribune
19 octobre 2018
Dans le sud de l’Italie, des petits villages résistent face à un gazoduc géant
Reportage
19 octobre 2018
Pain décroissant, livres et café épicerie, une recette de coopération conviviale
Alternative


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Forêt