A Carcassonne, les crèmes glacées ont un bon goût de coopérative

Durée de lecture : 10 minutes

19 mars 2015 / Lisa Giachino (L’Âge de Faire)

Ils s’étaient fait « manger par le capital ». Dix-neuf ouvriers de l’ancienne usine Pilpa ont créé une Scop de glaces artisanales, fabriquées à partir de fruits de la région. Les ouvriers sont devenus patrons, gèrent collectivement l’entreprise... et ça marche. Reportage.


- Carcassonne, reportage

- Alors, vous en êtes où ?
- Ça infuse…

La vanille de Madagascar exhale son parfum, plongée gousses ouvertes dans du lait entier. Autour des cuves, Kevin et Yannick s’activent. Demain, la production sera lancée. En attendant, d’autres ouvriers font des travaux : il faut retirer le câblage de l’immense chambre froide où étaient entreposées les glaces quand l’usine produisait en quantités industrielles pour Disney, Oasis, Fauchon ou Orangina…

« Avant, cinq personnes faisaient 2800 pots à l’heure, précise Jérôme, « chef de ligne », qui veille au bon fonctionnement de la production. Aujourd’hui, à six, on en fait 600 à l’heure ! Il n’y a presque rien d’automatisé. »

Quand les travailleurs de la Fabrique du Sud, à Carcassonne, racontent leur histoire, les mots « avant » et « après » reviennent comme un leitmotiv. Avant, c’était du temps de Pilpa, une usine de glaces créée il y a 42 ans par une coopérative laitière. Au fil du temps, le lait frais a été remplacé par du lait en poudre, les parfums naturels par des arômes artificiels, et les glaces ont été gonflées d’air – moins de matière première, plus de volume, et plus de profit.

En juillet 2011, l’entreprise est rachetée par R&R Ice Cream, une multinationale anglo-allemande financée par un fonds de pension américain. Un an plus tard, le groupe annonce la fermeture de l’usine.

« C’est intéressant d’être patrons et ouvriers »

Les 120 salariés démontrent, expertise comptable à l’appui, que le site est rentable et que sa fermeture est une question de stratégie financière. L’exemple des Fralib, qui se battent pour reprendre leur usine de thé près de Marseille, interpelle les syndicalistes, et le projet de créer une Scop (Société coopérative de production) mûrit peu à peu.

Après un an de lutte, ils obtiennent de la multinationale des indemnités de licenciement et un budget de formation conséquents, ainsi que la somme de 815 00 euros pour que la Scop puisse acquérir du matériel.

L’agglomération de Carcassonne achète une partie des locaux. Dix-neuf ouvriers et techniciens choisissent de rejoindre la Scop. Ils investissent chacun 5000 euros et 45 % de leurs droits au chômage.

Aujourd’hui, dans le bâtiment devenu trop vaste pour eux, ils semblent encore un peu sonnés par l’ampleur du changement. Autrefois simples exécutants de produits formatés, les Pilpa inventent leurs propres recettes. « On fait de bonnes glaces et on est fiers de nous, résume Sebastiana, qui était dans l’entreprise depuis dix-sept ans. C’est intéressant d’être patrons et ouvriers à la fois. On réfléchit ensemble : comment installer la ligne de production ? Comment emballer ? »

Vendues sous la marque La Belle Aude, dans de jolies boîtes en carton ornées d’une vache et de la silhouette des remparts de Carcassonne, les glaces de la Scop sont mises au point dans le laboratoire de Bernard. « On va lancer un parfum rhum-raisin, annonce-t-il, en blouse et coiffé d’une charlotte. On fera nous-mêmes la macération du raisin, dans du bon rhum de Martinique ! »

« Seul, on n’est rien »

Après trente-six ans dans l’entreprise comme assistant au contrôle qualité, Bernard s’est senti « très vulnérable » quand il a été licencié, à cinquante ans passés. « Et puis, je me suis dit que je pouvais apporter quelque chose à cette Scop, et j’ai repris confiance en moi. »

Pendant la phase de construction de l’entreprise, le technicien anime le groupe de travail « produit », qui décide d’orienter l’usine vers une glace traditionnelle, de qualité, à base d’ingrédients locaux [1]. « Aucun d’entre nous n’avait travaillé au service Recherche et développement de Pilpa. On a contacté des anciens pour avoir le BA-Ba, et deux d’entre nous ont suivi une formation à l’école de pâtisserie. On a acheté une petite turbine d’occasion pour faire des essais, tout le monde a participé à la dégustation. Cette expérience m’a appris que seul, on n’est rien. »

Les quatre commerciaux, qui se sont installés dans les bureaux de l’ancienne direction, au premier étage, ont eux aussi dû apprendre un nouveau métier : « avant », ils travaillaient à la production, au nettoyage ou à l’entretien des machines. A leur tête, Christophe a été élu président du conseil d’administration de la Scop. Il explique que la reconversion d’une partie des ouvriers était indispensable pour que tous les volontaires puissent intégrer le projet.

« Pour partir à 19, nous devions tout faire en interne. Mais au début, personne ne voulait devenir commercial ! Ce n’est pas évident de se mettre en avant. » Aux côtés des quatre hommes, Coralie, vingt ans, vient d’être recrutée comme apprentie. « Elle nous apporte le côté théorique, se félicite Christophe. Nous,on n’est pas des pro, mais quand les gens nous entendent, ils sentent notre engouement. Notre avantage, c’est que l’on sait parfaitement comment est fabriqué le produit. »

Daniel K., solide moustachu de 53 ans, est intarissable sur son nouveau métier. « Mon premier bon de commande, je n’ai pas pu le remplir tellement je tremblais, confie-t-il. J’ai un niveau CAP de 1978, faire des tableurs sur Excel, ça me saoûle, et je sais pas envoyer un texto. Mais j’ai la tchatche, et je m’éclate ! Sur mon secteur, j’ai déjà 28 grandes surfaces sur les 32 possibles, et mercredi je vais attraper la 29e ! Pendant trois ans, il faut qu’on soit au taquet pour augmenter le chiffre d’affaires. » Tous les membres de la Scop participent à l’effort commercial, en assurant des animations dans les supermarchés.

Le ragoût de Paul

Ce midi, le ragoût de sanglier fume dans la marmite de Paul : le beau-frère de l’un des salariés a percuté le bestiau en voiture. Délégué du personnel chez Pilpa, Paul a été licencié après trente-huit ans de service. Depuis le début de la lutte, il cuisine pour ses anciens collègues.

« Je suis à deux ans de la retraite, alors je préfère laisser la place aux jeunes, explique-t-il. Mais autant que je fasse quelque chose d’utile au lieu de rester chez moi. » Tous les jours ou presque, il vient faire le café à 7h30. Il passe la matinée à cuisiner, fumer et jouer à l’ordinateur en écoutant la radio, puis il rentre chez lui après le repas. Chacun donne deux ou trois euros par jour pour approvisionner la cuisine.

En dehors des réunions, c’est à table que les gens de la production, du service commercial et de l’administratif se rencontrent. Ce jour là, il y a aussi Michel. Ancien agent EDF, syndicaliste, il est l’une des chevilles ouvrières de l’association Les amis de la Fabrique du Sud.

« Ce qui m’a passionné dans cette histoire, c’est qu’on est au cœur du capital. Là, on peut faire de l’éducation populaire ! » s’enthousiasme-t-il. Avec Rachid, représentant CGT qui a mené la lutte des Pilpa avant de prendre sa retraite, et quelques bénévoles, il écume les centres de vacances et les foires pour présenter La Belle Aude et faire connaître l’économie coopérative.

Forte de ses 830 adhérents, l’association a investi 15 000 euros dans la Scop. C’est elle qui recueille les dons et les mots de soutien, comme celui de Suzanne, 79 ans : « Montrez à tous les salauds qui licencient de quoi les ouvriers sont capables. Vous êtes mon denier du culte… et en vous, je crois. »

La grande distribution en question

L’association joue aussi les aiguillons en continuant à porter le projet politique dont est née la Sc’p. « Je dis aux salariés que grâce à leur lutte, un bâtiment qui appartenait à un fonds d’investissement est désormais le bien de la population carcassonnaise, souligne Michel. Maintenant, il faudrait que le site soit vraiment géré démocratiquement, et ouvert à d’autres porteurs de projets. Il y avait un projet de plate-forme coopérative de l’agroalimentaire, mais ça n’avance pas beaucoup. »

Michel rêve également d’un réseau indépendant, porté par les adhérents de l’association, qui permettrait à la Scop de se passer de la grande distribution…

Les salariés, eux, pensent d’abord à la survie de leur entreprise. « C’est vrai que la grande distribution, c’est un peu ce qui nous a zigouillés, reconnaît Maxime, le directeur. On aimerait travailler aussi avec la restauration collective, et les épiceries fines et locales. Mais pour l’instant, on est dans la précipitation : on doit doubler cette année le chiffre d’affaires, alors que les gens n’ont pas eu l’impression de se tourner les pouces ! Il nous faut du volume. »

Une autre idée, lancée pendant les mois de lutte, est pour l’instant passée à la trappe : l’égalité salariale. Les coopérateurs ont adopté une convention collective et quatre types de postes, dont les rémunérations s’échelonnent de 1250 à 1900 euros net.vCela fait grincer quelques dents…

« Même si on est une Scop, les gens ne s’investissent pas tous de la même manière », argumente Maxime. Pourtant, même gratifié du plus haut salaire, le directeur reste un travailleur comme les autres : sur le tableau de répartition du ménage, il a en charge les toilettes…


« ON TRAVAILLE POUR NOUS »

« En étant soutenu par les copains, même un petit ouvrier est capable de gérer une Scop ! » Daniel B., magasinier, venait autrefois travailler « avec une boule au ventre. Au lieu d’embaucher, la hiérarchie poussait les gens à travailler très très vite. Là, on se réunit entre gens de la production, on fait des essais de cadence, et si ça ne convient pas, on change ».

Pour Maxime, le directeur, « des personnes se sont révélées dans le collectif. C’est fabuleux ce qu’elles abattent comme travail ! »

Aucun des cadres de Pilpa n’ayant rejoint la Scop, les ouvriers ont dû dépasser leurs craintes et assumer les postes de direction. « On pensait au départ faire appel à un directeur extérieur, confie Maxime. Mais l’Union régionale des Scop nous a dit qu’on avait les capacités de le faire, et on a réalisé que depuis plusieurs mois, on avait pris des initiatives et des décisions. Sans compter que si on recrutait un directeur, il fallait payer un gros salaire en plus ! »

Véronique, qui s’occupe de l’administratif, ne cache pas sa fatigue. « C’est tellement compliqué qu’on ne se souvient plus comment c’était avant ! Mais on travaille pour nous, sans avoir à subir la loi du profit et de l’argent. Les décisions sont prises d’un commun accord, et le travail est de plus en plus intéressant. »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre


[1Les fruits viennent de Narbonne, et la Scop fait appel à des entreprises locales pour l’emballage et le design. En revanche, elle n’a pas trouvé de fournisseur local de lait pasteurisé.


Lire aussi : Les ouvriers de Fralib luttent depuis mille jours pour lancer une coopérative écologique

Source : Article transmis amicalement à Reporterre par L’Âge de faire.

Photos : © Andres Lofiego

DOSSIER    Emploi et travail Alimentation

THEMATIQUE    Luttes
8 juillet 2019
Un grand merci, ami(e)s lectrices et lecteurs ! Reporterre va bien
Édito
15 juillet 2019
À Bali, bronca contre un gigantesque projet d’îles artificielles​
Reportage
13 juillet 2019
La grande détresse des producteurs de fruits d’été
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Emploi et travail Alimentation



Sur les mêmes thèmes       Luttes