Hervé Kempf

Blog

Celles qui ont révélé les « Monsanto papers » racontent comment Monsanto triche

Carey Gillam et Kathryn Forgie sont à la source des « Monsanto Papers », les documents que la firme productrice du Roundup et des principaux OGM a dû publier en mars dernier : des textes qui révèlent les manœuvres de l’entreprise basée à Saint-Louis, aux Etats-Unis, pour dissimuler les effets sur la santé du glyphosate et pour influencer les agences du gouvernement chargées de la santé. C’est grâce aux procédures juridiques qu’elles ont engagées et aux enquêtes qu’elles ont menées que ces « papers » ont pu être publiés.

Carey Gillam a d’abord été journaliste, ayant travaillé à l’agence de presse Reuters pendant plus de 20 ans. Elle œuvre depuis deux ans pour l’ONG US Right to know les Etats-Unis ont le droit de savoir »), particulièrement sur le dossier Monsanto. Kathryn Forgie est avocate au sein du cabinet Andrus Wastaff et représente l’action collective d’une partie des plaignants contre Monsanto.

Nous les avons rencontrées lors de leur passage à Paris.


Reporterre — Pouvez-vous nous expliquer comment les procédures juridiques ont permis de mettre à jour ces informations internes à Monsanto ?

Kathryn Forgie — Je représente un groupe de plusieurs milliers de personnes qui ont utilisé du Roundup et qui ont notamment développé un forme de cancer, le lymphome non-hodgkinien. Les premières plaintes recensées datent de l’été 2015. Il s’agit d’agriculteurs mais aussi des jardiniers amateurs. Les avocats – près de 20 travaillent sur l’affaire – ont choisi de lancer le procès par une approche ciblée, en ne se concentrant que sur les lymphomes non-hodgkiniens provoqués par le glyphosate.

Une fois le procès enclenché, les avocats avaient la possibilité légale d’interroger les responsables de Monsanto et de leur demander de fournir certains documents. La firme a livré des millions de documents, pour nous noyer. De surcroît, certains documents étaient sujets à une confidentialité ordonnée par le juge. Mais au lieu d’identifier uniquement les documents réellement confidentiels (tels que des secrets relatifs à la propriété intellectuelle), Monsanto a classé comme confidentiels quasiment tous les documents fournis. Les avocats ont dû revenir vers le juge pour lui demander de déclassifier les documents non confidentiels afin qu’on puisse les rendre publics. Le juge l’a accepté en mars 2017, et voilà comment sont nés les « Monsanto Papers ».

Carey Gillam — De mon côté, j’ai obtenu des milliers de documents déclassifiés, grâce au Freedom of information act.



Comment s’y retrouver dans ces millions de feuilles ?

Carey Gillam — Beaucoup de ces documents (courriels, mémos, compte-rendus de réunions, rapports internes,…) concernent des conversations internes au sein de Monsanto, mais aussi avec l’EPA (Agence de protection de l’environnement, équivalent du ministère de l’Ecologie).

Kathryn Forgie — Pour identifier les informations pertinentes dans la masse, nous avons mené un travail long et minutieux : des dizaines d’assistants ont étudié les documents pour opérer une première sélection. J’ai alors analysé celle-ci, notamment par une recherche ciblée utilisant des mots-clés : par exemple, je cherchais le rôle d’une personne sur un sujet particulier, en utilisant les mots de cette personne et du sujet.

Carrey Gillam : « Ils calculent combien d’argent ils peuvent gagner et combien d’argent ils risquent de perdre en dommages et intérêts s’ils sont démasqués »



Quelles sont les informations les plus importantes que vous avez mises au jour ?

Kathryn Forgie — Des documents prouvant que Monsanto a largement pratiqué le « ghostwritting », c’est-à-dire que la firme faisait signer par des scientifiques ayant pignon sur rue des études qu’elle-même avait en fait réalisées et écrites. Les dits scientifiques étaient rémunérés pour accepter de couvrir cette tromperie.

Un exemple de « ghoswriting » : un cadre de Monsanto fournit le brouillon de l’étude à écrire au chercheur Henry Miller.

En 1984, lorsque les premières études indépendantes révélant des tumeurs rénales liées au glyphosate ont été publiées, on aurait pu espérer d’une compagnie responsable qu’elle reconnaitrait son erreur et enquêterait pour identifier et résoudre le problème. Mais Monsanto a préféré nier toute responsabilité, et a tenté de discréditer les études et a attaqué leurs auteurs en les accusant d’être partiaux. C’est aussi ce que nous avons pu documenter.

Une troisième politique de Monsanto était d’influencer les autorités de réglementation, et particulièrement l’EPA. Et c’est ce que révèle la troisième catégorie de documents importants que nous avons trouvés, particulièrement les relations entre les responsables de Monsanto et un responsable important de l’EPA, Jess Rowland. Monsanto l’a convaincu d’empêcher une autre agence de régulation des produits chimiques (l’ATSDR) de mettre le nez dans leurs affaires et notamment de s’intéresser au glyphosate. Jess Rowland et l’EPA lui ont dit, en résumé : « Ne perdez pas votre temps ni votre argent à enquêter sur Monsanto. On l’a déjà fait et ils sont clean. »

Carey Gillam — Obama avait mis en place des politiques d’« intégrité scientifique » pour protéger les chercheurs et responsables scientifiques de l’influence des grandes corporations. Mais ça n’a pas vraiment eu d’effet.

Kathryn Forgie — Personne ne savait réellement ce qu’il se passait avec l’EPA, pas même l’administration Obama, jusqu’à ce que qu’on commence à disposer des documents une fois le procès enclenché. Jess Rowland était en charge de l’évaluation des cancers dus au glyphosate à l’EPA, pour qui il a travaillé pendant plus de 26 ans. C’est aussi lui qui a recommandé de se débarrasser des coefficients de sécurité supplémentaires concernant le glyphosate autorisé dans la nourriture.

Kathryn Forgie : « Depuis des décennies, la firme s’arrange pour faire disparaître toute recherche compromettante concernant le glyphosate »



A-t-on la preuve que Monsanto savait que le glyphosate est nuisible pour la santé ?

Carey Gillam — Oui. En 1985, le glyphosate a été classifié comme catégorie C à la suite d’une étude réalisée sur les tumeurs rénales. La catégorie C désigne les produits possiblement cancérigènes pour l’humain. Il existe des documents non-déclassifiés (toujours confidentiels) dont les avocats n’ont pas le droit de parler dans le détail, mais qui indiquent clairement que Monsanto a voulu modifier la catégorie du produit pour qu’il ne soit plus répertorié comme possiblement cancérigène. Ils ont effectivement réussi à convaincre l’EPA de faire passer le produit en catégorie E qui signifie « inconnu ».

Kathryn Forgie — On dispose de preuves montrant que depuis des décennies, la firme s’arrange pour faire disparaître toute recherche compromettante concernant le glyphosate et ses impacts négatifs (recherche toxicologique, recherche sur l’absorption par la peau, etc.). Dès qu’une nouvelle étude critique voit le jour, la firme fait en sorte que les auteurs ou les journaux qui diffusent l’étude se rétractent et retirent l’étude. S’ils apprennent qu’une étude va être réalisée par une agence qu’ils ne contrôlent pas, ils contactent une autre agence qu’ils contrôlent pour la convaincre de laisser tomber. C’est comme s’ils tiraient les ficelles de marionnettes.

Carey Gillam — Il faut cependant préciser qu’il n’existe pas d’étude concluant que le glyphosate peut être mortel, à la différence des études concernant le tabac. Une étude a cependant été menée sur des tests sanguins réalisés sur des personnes ayant été exposées au glyphosate. L’ADN contaminé de ces personnes a été comparé à leur ADN avant contamination. L’ADN n’est plus le même, le glyphosate pénètre l’ADN. C’est ce que l’on appelle la génotoxicité, qui désigne un produit qui affecte le génome. Monsanto a voulu contredire cette étude en employant un scientifique. Mais comme le verdict du scientifique allait à l’encontre du glyphosate, ils ont de nouveau fait disparaître l’étude.

Monsanto n’est cependant pas la seule firme à falsifier des documents à propos de produits chimiques dangereux pour l’environnement ou l’humain, même si elle a sans doute été le plus loin. Ces abus sont fréquents dans l’industrie chimique, comme avec l’industrie du tabac ou pharmaceutique. Ils calculent combien d’argent ils peuvent gagner et combien d’argent ils risquent de perdre en dommages et intérêts s’ils sont démasqués.

  • Propos recueillis par Fanny Dollberg et Hervé Kempf

Source : Reporterre

Photos : © Fanny Dollberg/Reporterre



{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}





Autres articles :

  • L’indépendance, c’est simple : dire non aux puissants, non au mensonge, et s’en remettre au lecteur

  • Nicolas Hulot : « Un ministre n’est pas un électron libre »

  • La centrale de Fessenheim fermera fin 2018

  • Celles qui ont révélé les « Monsanto papers » racontent comment Monsanto triche

  • Débat radio : comment agir face à l’urgence climatique ?

  • Benoît Hamon : « La gauche doit se saisir de la révolution numérique pour en faire un progrès social et humain »

  • Hydrocarbures : le gouvernement a plié devant les intérêts miniers

  • Dix ans après, plus que jamais d’actualité

  • La France insoumise veut s’enraciner dans l’écologie et dans les quartiers populaires

  • 1 % contre les 99 % ? Pas si simple !

  • La suffisante bêtise de M. Macron

  • Ecologie politique, année zéro

  • Le sortilège oligarchique

  • Mr. Trump’s decision on climate threatens world peace

  • La décision de M. Trump de sortir de l’accord de Paris menace la paix du monde

  • Conserver les semences : dans un coffre-fort ou dans la nature ?

  • Bonne chance, Nicolas Hulot

  • Macron, le président du vieux monde

  • « Un essai prenant, incisif et ancré dans l’actualité »

  • Miguel Benasayag : « Le transhumanisme prépare un monde d’apartheid »

  • David Cormand : « La France insoumise a le pouvoir d’empêcher que Macron soit majoritaire à l’Assemblée »

  • La faillite du parti écologiste

  • Danielle Simonnet : « Avec Jean-Luc Mélenchon, nous voulons changer le système »

  • Pierre Rabhi : « Il faut que l’humanité prenne conscience de son inconscience »

  • Pour rouvrir l’avenir, il faut que le PS disparaisse

  • Mélenchon et Hamon : l’enjeu de leur duel

  • Quand nous serons les arbres, les roches, et les oiseaux

  • Nous sommes entrés dans l’anthropocène, affirment des minéralogistes

  • L’asphyxie paradoxale du parti écologiste

  • Entretien avec Barbara Romagnan : « Nous avons à recomposer la gauche »

  • Trois propositions pour changer la donne

  • Ouest-France : « Un essai combatif »

  • Hamon, Jadot, Mélenchon, unissez-vous !

  • La tactique perverse de Manuel Valls contre Benoît Hamon

  • La double surprise Hamon

  • La classe dirigeante la plus stupide de l’histoire

  • La langue de la glaise et des étoiles

  • L’étrange façon de lire du prévisible Laurent Joffrin