Charles Dannaud, journaliste secrétaire de rédaction

Durée de lecture : 1 minute

7 juin 2016



Ma décision était prise, mes bagages étaient prêts. Après des années dans la presse quotidienne nationale et la fréquentation des grandes villes (Paris et Marseille), je partais en famille vers l’ancien département des Basses-Alpes. J’ai rencontré professionnellement Reporterre presque sur le quai de la gare pour intégrer l’équipe dans la foulée, à la fin de l’été dernier. Ne cherchez pas, je ne signe pas les articles. Pourtant, ils passent tous, ou presque, entre mes mains : c’est à moi qu’incombent les tâches de l’édition des papiers et de la recherche iconographique. Un travail de l’ombre que je pratique avec plaisir dans la lumière de la Haute-Provence, au pied de la montagne de Lure, sauf les quelques jours du mois, où je rejoins le tronc parisien de l’arbre Reporterre.

Photo : © Mathieu Génon/Reporterre




11 juillet 2020
Politiques, grands patrons, paysans... « La cause animale est transpartisane »
Entretien
13 juillet 2020
En quête d’espace, la filière photovoltaïque lorgne les terres agricoles
Enquête
11 juillet 2020
Antennes téléphoniques : des enfants italiens invoquent le principe de précaution
Tribune