Darwin et le ver de terre

Durée de lecture : 2 minutes

12 octobre 2020 / Christophe Gatineau



Saviez-vous que le premier éloge du ver de terre a été publié en 1881 par Charles Darwin pour clôturer son œuvre ? Dans le sillage de « l’Éloge du ver de terre », sorti en 2018 chez Flammarion, l’écrivain-agronome Christophe Gatineau vous propose la suite, plus pédologique et scientifique, mais également plus historique et politique.

  • Présentation du livre par son éditeur :

Saviez-vous que le premier éloge du ver de terre a été publié en 1881 par Charles Darwin pour clôturer son œuvre ? Que pendant 45 ans, il l’a étudié sous toutes ses coutures ? Que certains montent aux arbres, que d’autres butinent, et qu’ils influencent la croissance des plantes et les rendements agricoles !

Dans le sillage de L’Éloge du ver de terre sorti en 2018 chez Flammarion, voici la suite, plus pédologique et scientifique, mais également plus historique et politique. Politique dans le sens où notre nourriture provient de 95 % à 100 % des sols cultivés, comme nos vêtements et nos chaussures, le bois, le papier, le carton, le vin, le tabac, les huiles végétales...

Mais comme ces sols nourriciers sont victimes de la même punition que les pôles, et que les vers de terre sont des créateurs d’humus, on comprend vite que la viabilité d’une humanité paisible repose sur la vie souterraine et en particulier sur ces animaux.

Clé de voûte de l’alimentation de demain, on peut même soutenir que, via les plantes ou les animaux qui les mangent, le ver de terre est à la source d’un cycle tout aussi essentiel que celui de l’eau : le cycle de la nutrition.

Ce livre inclut l’essentiel du dernier ouvrage de Darwin, et il s’adresse autant aux consommateurs soucieux de leur alimentation qu’à ceux qui la produisent : agriculteurs, maraîchers, jardiniers, et la future génération de paysans.

Christophe Gatineau est un auteur, cultivateur et agronome spécialisé en agriculture permanente et agroécologie, créateur du Jardin-vivant.fr. Auteure de deux éloges, l’abeille et le bleuet, Sylvie Corré, diplômée en sciences de l’éducation, cultive pour son autonomie alimentaire.

Sauver le ver de terre, l’un des premiers marqueurs de la biodiversité, de Christophe Gatineau et Sylvie Corré, ed. Le Jardin Vivant, 2020, 8,80€.





Lire aussi : Il y a une science du ver de terre, la géodrilologie, eh oui !
30 octobre 2020
Dans le Lot, un projet agrivoltaïque divise Montcuq-en-Quercy-Blanc
Reportage
17 octobre 2020
« Pour éradiquer la pauvreté, il faut donner de l’argent aux pauvres »
Entretien
27 octobre 2020
La fermeture des frontières place les migrants à la merci du changement climatique
Info




Du même auteur       Christophe Gatineau