Hervé Kempf

Blog

Déchets nucléaires : il faut que l’État cesse de mentir

La réponse du gouvernement à la question posée par l’opposition, mercredi 14 février, sur les déchets nucléaires, était pitoyable et méprisante.

La députée (FI) Caroline Fiat formulait, dans le fil de la révélation par Reporterre du projet de stockage sous eau de déchets radioactifs à Belleville-sur-Loire, trois questions : la publication de la carte des sites de déchets nucléaires en France, un débat sur les déchets nucléaires, la protection des lanceurs d’alerte à Bure (Meuse), où un site d’enfouissement est envisagé.

La secrétaire d’État Brune Poirson, représentant le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, et le gouvernement, n’a répondu à aucune de ces questions, et n’a donné aucune précision sur le projet de Belleville-sur-Loire. Continuant sur la lancée du mépris des contradicteurs et du refus de la transparence qui fait l’ordinaire de la politique nucléaire en France, elle a affirmé avec une emphase qui confine au ridicule : « Nous avons exploré depuis des années, des décennies, toutes les solutions au stockage des déchets. »

Eh bien non, on n’a pas envisagé toutes les solutions, ni même posé correctement la question des déchets. Et menti plus d’une fois, comme lorsque Mme Lauvergeon prétendait que les déchets nucléaires tiendraient dans... une seule « piscine olympique ».

Cinq casse-tête au lieu d’un

Posons correctement la question des déchets. En soulignant que la situation dans laquelle l’industrie nucléaire a conduit la France est particulièrement compliquée. Pourquoi ? Parce que, alors que les autres pays exploitant l’énergie nucléaire n’ont à gérer qu’un seul type de déchets, les combustibles usés sortant très radioactifs des réacteurs, la France s’est engagé dans la voie du retraitement, qui aboutit à créer cinq types de déchets, comme nous l’avons expliqué en détail cette semaine :

. les actinides mineurs ;
. le plutonium ;
. le MOx usé ;
. l’uranium de retraitement ;
. le combustible uranium usé.

On simplifie ici la situation, parce qu’on compte aussi des combustibles graphite-gaz, de l’uranium appauvri, des stériles miniers, etc. Mais restons-en à ces cinq types de déchets, les plus dangereux. Comme chacun présente des caractéristiques radioactives et thermiques différentes, chacun appelle une solution particulière. Autrement dit, alors que, par exemple, les États-Unis ou la Suède n’ont à gérer qu’un seul type de déchets nucléaires — et n’y trouvent d’ailleurs pas de solution —, la France a cinq casse-tête au lieu d’un. L’honnêteté consisterait à le reconnaître, plutôt qu’à faire croire à l’opinion qu’il y a des « déchets nucléaires » et qu’il suffira de les enfouir pour régler le problème.

Ouvrir l’information et arrêter de criminaliser les contestataires

Raisonner sur la réalité — il y a cinq casse-tête et pas un seul — entraîne trois conséquences :

  • Il faut reposer nettement sur la table tout le projet Cigéo, dont les caractéristiques techniques sont très discutables ;
  • Il faut ouvrir l’information sur le projet de Belleville-sur-Loire et sur la situation du stockage à La Hague ;
  • Il faut préparer l’arrêt du retraitement, qui complique la situation en continuant à produire ces cinq types de déchets.

Toutes les solutions, on le voit, n’ont pas été envisagées. Il est temps de le faire. Et de réfléchir aussi à l’entreposage à sec, qui est pratiqué à grande échelle dans plusieurs pays.

Le débat est urgent, comme l’est la nécessité d’ouvrir l’information, plutôt que de continuer les cachotteries, comme le font EDF et le gouvernement.

Il est tout aussi indispensable de stopper la répression policière et judiciaire contre ceux qui, dans la Meuse et ailleurs, contestent le projet Cigéo et les choix dangereux de l’industrie nucléaire. Ils sont, comme l’a justement dit Mme Fiat, des lanceurs d’alerte, et contribuent à avertir la société des dangers qu’elle court à fermer les yeux. Pour l’instant, la réponse que donne le gouvernement est exactement celle d’un État policier. Cela n’est plus acceptable.


Source : Reporterre

Photo : Vmc.camp





Autres articles :

  • M. Hulot n’est pas l’écologie

  • Les mensonges sanglants de M. Macron

  • Association de malfaiteurs

  • La Zad et la guerre civile mondiale

  • Quand « Tout est prêt pour que tout empire » se joue au théâtre

  • Écologie : maintenant il faut se battre

  • Hubert Reeves : « Plus rien ne nous menace. Sauf nous ! »

  • Jean-Luc Mélenchon : « L’écologie doit être un stimulant d’enthousiasme »

  • Face à l’Etat brutal, les hiboux de Bure manifestent leur sagesse

  • La stupidité autoritaire

  • Déchets nucléaires : il faut que l’État cesse de mentir

  • VIDÉO - À Notre-Dame-des-Landes, la fête de la victoire

  • Découvrir Murray Bookchin, l’écologiste anarchiste

  • Greenpeace : « On veut diviser par deux la consommation de viande et de produits laitiers »

  • Rajagopal : « Pourquoi ne comprenez-vous pas que la justice est plus importante que le profit et la croissance ? »

  • Notre-Dame-des-Landes : et maintenant, gagner la bataille de la paix

  • Bruno Latour : « Défendre la nature : on bâille. Défendre les territoires : on se bouge »

  • L’indépendance, c’est simple : dire non aux puissants, non au mensonge, et s’en remettre au lecteur

  • Nicolas Hulot : « Un ministre n’est pas un électron libre »

  • La centrale de Fessenheim fermera fin 2018

  • Celles qui ont révélé les « Monsanto papers » racontent comment Monsanto triche

  • Débat radio : comment agir face à l’urgence climatique ?

  • Benoît Hamon : « La gauche doit se saisir de la révolution numérique pour en faire un progrès social et humain »

  • Hydrocarbures : le gouvernement a plié devant les intérêts miniers

  • Dix ans après, plus que jamais d’actualité

  • La France insoumise veut s’enraciner dans l’écologie et dans les quartiers populaires

  • 1 % contre les 99 % ? Pas si simple !

  • La suffisante bêtise de M. Macron

  • Ecologie politique, année zéro

  • Le sortilège oligarchique

  • Mr. Trump’s decision on climate threatens world peace

  • La décision de M. Trump de sortir de l’accord de Paris menace la paix du monde

  • Conserver les semences : dans un coffre-fort ou dans la nature ?

  • Bonne chance, Nicolas Hulot

  • Macron, le président du vieux monde

  • « Un essai prenant, incisif et ancré dans l’actualité »

  • Miguel Benasayag : « Le transhumanisme prépare un monde d’apartheid »

  • David Cormand : « La France insoumise a le pouvoir d’empêcher que Macron soit majoritaire à l’Assemblée »

  • La faillite du parti écologiste

  • Danielle Simonnet : « Avec Jean-Luc Mélenchon, nous voulons changer le système »

  • Pierre Rabhi : « Il faut que l’humanité prenne conscience de son inconscience »

  • Pour rouvrir l’avenir, il faut que le PS disparaisse

  • Mélenchon et Hamon : l’enjeu de leur duel

  • Quand nous serons les arbres, les roches, et les oiseaux

  • Nous sommes entrés dans l’anthropocène, affirment des minéralogistes

  • L’asphyxie paradoxale du parti écologiste

  • Entretien avec Barbara Romagnan : « Nous avons à recomposer la gauche »

  • Trois propositions pour changer la donne

  • Ouest-France : « Un essai combatif »

  • Hamon, Jadot, Mélenchon, unissez-vous !

  • La tactique perverse de Manuel Valls contre Benoît Hamon

  • La double surprise Hamon

  • La classe dirigeante la plus stupide de l’histoire

  • La langue de la glaise et des étoiles

  • L’étrange façon de lire du prévisible Laurent Joffrin