Delphine Batho est limogée du ministère de l’Ecologie

2 juillet 2013 / liberation.fr

La ministre de l’Ecologie sortante a été convoquée à Matignon ce mardi après ses critiques sur le budget de son ministère pour 2014. Le député socialiste du Gers Philippe Martin écope de son maroquin.


Delphine Batho a payé ses critiques au prix fort : François Hollande a mis fin à ses fonctions ce mardi, quelques heures après qu’elle ait qualifié le budget de son ministère de « mauvais ». Elle avait auparavant été convoquée à Matignon par le Premier ministre, avec qui elle s’est entretenue près de deux heures.

« Sur proposition du Premier ministre, le président de la République a mis fin aux fonctions de Delphine Batho et a nommé Philippe Martin, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie », a annoncé l’Elysée dans un communiqué.

Philippe Martin, qui aura 60 ans en novembre, est député socialiste du Gers, membre de la commission du Développement durable et de l’Aménagement du territoire de l’Assemblée.

Rompant avec sa réserve habituelle, la ministre de l’Environnement Delphine Batho avait auparavant laissé éclater sa colère face aux coupes subies par son ministère, peu opportunes au moment où, a-t-elle lâché, « il y a une déception à l’égard du gouvernement ». Avec une baisse de 7% de ses crédits, le ministère de l’Ecologie est l’un des plus sévèrement touchés par les économies que le gouvernement compte réaliser l’an prochain.

« C’est un mauvais budget », a lâché Delphine Batho sur RTL, quelques heures avant le début du débat d’orientation budgétaire à l’Assemblée nationale. « Il y a un affichage qui n’est pas bon ». Et Delphine Batho d’estimer qu’il fallait se poser la question : l’écologie est-elle « bien une priorité ? » « Est-ce qu’on a la capacité de passer du discours aux actes ? »




Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : liberation.fr

Photo : NofrackingFrance

Lire aussi : Batho patauge sur Notre Dame des Landes

Et aussi : Delphine Batho : « besoin du nucléaire », « besoin de Notre Dame des Landes »

12 octobre 2018
Pourquoi apporter le rapport du Giec aux élus locaux samedi 13 octobre ?
Une minute - Une question
12 octobre 2018
La Guyane, un condensé de l’Amérique du Sud
À découvrir
13 octobre 2018
Radio Bambou : Le vélo, quelle histoire !
Chronique


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre



Du même auteur       liberation.fr