EN IMAGES — Des activistes d’Extinction Rebellion s’enchaînent au ministère de l’Économie

Durée de lecture : 2 minutes

30 juin 2020 / NnoMan Cadoret (Reporterre)



Mardi 30 juin, des militants d’Extinction Rebellion ont répandu du faux sang et se sont enchaînés au ministère de l’Économie, à Bercy, pour dénoncer les « milliards d’euros investis dans des industries qui tuent les écosystèmes planétaires et les vies humaines ». Reportage en photos.

  • Paris, reportage

Mardi 30 juin, au matin, des militants d’Extinction Rebellion se sont enchaînés au ministère de l’Économie, à Bercy, pour exprimer leur opposition aux choix de relance économique des gouvernements européens après la pandémie de Covid-19. « Les problèmes sont partout les mêmes, partout l’argent public, des milliards d’euros, sont investis dans des industries qui tuent les écosystèmes planétaires et les vies humaines », ont-ils expliqué.

Les activistes ont mêlé performance artistique et blocage, aspergeant le parvis de l’édifice avec du faux sang. Etsuki, en petite tenue, était enchaînée aux grilles. « Nous voulons interpeller les consciences, exprimer la vulnérabilité du vivant face à un système mortifère, face à la folie consumériste et capitaliste qui se relance, a-t-elle dit à Reporterre. Le vivant saigne, beaucoup de gens souffrent face au changement climatique et à la disparition des espèces. Relançons la planète plutôt que les pollueurs ! »

L’action a duré une trentaine de minutes. Trois fourgons de police, deux voitures sérigraphiées et une banalisée ont été dépêchés sur les lieux, puis sept fourgons de gendarmerie. Les forces de l’ordre ont rapidement nassé les activistes. « Personne ne sort », a ordonné leur chef. Pendant ce temps, les militants se sont rhabillés. Vers 10 heures, la majorité ont été accompagnés au métro et relâchés, mais huit d’entre eux ont été interpellés et embarqués dans un fourgon de la police. Ils sont actuellement au commissariat de la Goutte-d’Or, dans le 18e arrondissement

Cette action de perturbation s’inscrivait dans une série d’actions nommée « Bail out the Planet » (« Plan de relance pour la planète »), qui est menée simultanément par des groupes XR de plusieurs pays européens. « Le mouvement se structure désormais au niveau européen avec la création d’XR Europe, afin d’exiger collectivement que l’Europe prenne ses responsabilités face à la crise écologique en cours », a dit Franck, membre d’Extinction Rebellion.

Lundi 29 juin, des activistes suédois ont ouvert le bal des actions en bloquant un vol intérieur, « exigeant qu’aucun argent des contribuables ne soit utilisé pour renflouer l’industrie aérienne », précise XR. À Turin, en Italie, la banque Sanpaolo, qui a investi 12 milliards de dollars dans des combustibles fossiles, était la cible des militants italiens. Ce mardi et dans les jour à venir, d’autres actions vont avoir lieu en Écosse, en Belgique, en Allemagne ou en Hongrie.

  • Regarder le port-folio de notre reportage





Source : NnoMan Cadoret pour Reporterre à Bercy et Alexandre-Reza Kokabi à la rédaction de Reporterre.

Photos : © NnoMan Cadoret/Reporterre

THEMATIQUE    Luttes
1er juillet 2020
La stigmatisation du « bobo » tente de disqualifier les luttes écologistes
Entretien
1er juillet 2020
Les autorités sanitaires minorent la contamination aux pesticides de l’eau du robinet
Info
2 juillet 2020
Au Kosovo, Serbes et Albanais luttent ensemble pour protéger leurs rivières
Reportage


Sur les mêmes thèmes       Luttes