Je fais un don
OBJECTIF :
120 000 €
0
€ COLLECTÉS
0 %

« Des déchets nucléaires aux luttes sociales, on ne nous atomisera pas ! » - Rencontre de Reporterre le 24 mai

16 mai 2018

Rencontre de Reporterre
« DESCHETS NUCLÉAIRES AUX LUTTES SOCIALES :
ON NE NOUS ATOMISERA PAS ! »

Jeudi 24 mai, à partir de 18h30, à la salle Jean Dame, 17 rue Léopold Bellan, 75002 PARIS

. Plan d’accès.
. Métros : Sentier (ligne 3) ou Réaumur-Sébastopol (lignes 3 et 4).

Après plus d’un demi-siècle, le nucléaire semble au bord de la faillite. Les déchets atomiques s’accumulent : comment y faire face ? De La Hague à Bure, la conscience progresse et les résistances s’affirment. Mais le 22 février 2018, 500 gendarmes ont évacué brutalement le bois Lejuc occupé depuis un an et demi pour bloquer les travaux de la « poubelle nucléaire » Cigéo. Avec ce projet gigantesque, l’État prévoit d’enfouir les pires rebuts atomiques 500 mètres sous terre. Mais une cinquantaine de comités de soutien aux « chouettes de Bure » se sont formés.

« On ne nous atomisera jamais ! » crient les résistants de Bure. La répression qui y sévit rappelle que le nucléaire est l’incarnation d’un ordre social qui réprime les luttes et les alternatives, isole les gens, considère les travailleurs-euses et les territoires comme des choses jetables. Après un an de pouvoir, le gouvernement Macron semble décidé à consolider cet ordre coûte que coûte : attaques contre les cheminots et les protections sociales, intervention militaire pour détruire la Zad de Notre-Dame-des-Landes, CRS dans les facultés occupées, répression des solidarités avec les migrants…

L’aspiration à la transformation écologique et sociale est plus vive que jamais. Des déchets nucléaires à la lutte contre la précarisation générale, comment se relier, lutter ensemble et faire fleurir d’autres printemps ? Reporterre et ses partenaires vous invitent à une soirée exceptionnelle de débat ! Au programme : discussions, musique, tables d’informations…

Programme :

  • À partir de 18h30 : accueil en musique jazzy live à la salle Jean Dame, stands et tables d’infos.
  • 19h à 20h15 – Première table ronde - « Les déchets nucléaires : état des lieux, état des luttes », animée par Émilie Massemin (Reporterre), avec :
    • Charlotte Mijeon, chargée de communication du réseau Sortir du nucléaire ;
    • Catherine Fumé, administratrice de SDN Berry-Giennois-Puisaye, en lutte contre la piscine de déchets atomiques de Belleville-sur-Loire ;
    • Yannick Rousselet, de Greenpeace ;
    • Gaspard d’Allens, co-auteur du livre Bure, la bataille du nucléaire.
  • 20h15 à 20h40 - Intermède musical jazzy
  • 20h45 à 22h – Deuxième table ronde - « Bure, ZAD, travailleurs-euses, étudiant-e-s, migrant-e-s : comment relier les luttes face à l’État policier ? », animée par Lorène Lavocat ( Reporterre ), avec :
    • Geneviève Coiffard-Grosdoy, Attac, membre de la coordination de soutien à la ZAD ;
    • Marie, membre du comité de soutien aux exilé-e-s occupant Paris-8, et un exilé de l’occupation ;
    • Zelda, étudiante en lutte à l’université de Paris-8 Saint-Denis ;
    • Angélique Huguin, membre du groupe de soutien juridique à Bure ;
    • Laura Dipace, de Sud-Rail.

Informations pratiques

- Date et lieu : jeudi 24 mai 2018, à partir de 18h30 à la salle Jean Dame, 17 rue Leopold Bellan, 75002 Paris .
. Plan d’accès.
. Métros : Sentier (ligne 3) ou Réaumur-Sébastopol (lignes 3 et 4).

- Tarif : Entrée gratuite, participation libre à la sortie.

- La Rencontre est cofinancée par Reporterre et ses partenaires (voir ci-dessous). La salle est prêtée par la Mairie du 2e arrondissement.

- Les débats seront retransmis en direct par Radio Parleur

Partenaires :






Puisque vous êtes ici...

... nous avons une faveur à vous demander. Il n’y jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

« Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1€, vous pouvez soutenir Reporterre - et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.
16 mai 2018
« Des déchets nucléaires aux luttes sociales, on ne nous atomisera pas ! » - Rencontre de Reporterre le 24 mai
La vie de Reporterre
23 mai 2018
La France et l’Europe nient les cultures paysannes
Tribune
23 mai 2018
Pour se protéger du loup, il faut le connaître mieux
Enquête


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre