EDITO - La Zad n’est qu’un commencement

5 juillet 2014 / Hervé Kempf (Reporterre)

Dans la lutte de Notre-Dame-des-Landes est née une formidable expérience d’alternative à la société capitaliste : la Zad. Quel est son avenir ? Assurer la victoire, résoudre la question de la terre, soutenir les terrains où l’on se bat contre la volonté folle de destruction du monde.


Quel pourrait être l’avenir de la Zad et quelles sont les questions qui se posent à ceux qui y vivent et à ceux qui s’en sentent proches par la pensée, l’amitié ou la solidarité ?

Un premier point essentiel est que la page n’est pas encore tournée, la victoire n’est pas encore acquise. Certes, Jean-Marc Ayrault n’est plus Premier ministre et l’intérêt des pouvoirs pour le projet d’aéroport est très limité. Certes, le lancement par la Commission européenne en avril dernier d’une procédure d’infraction contre la France sur le dossier de Notre Dame des Landes est un coup très dur porté aux promoteurs du projet. Certes de nombreux indices permettent de penser que ces promoteurs se fatiguent et perdent de leur énergie.

La victoire n’est pas acquise

Mais une chose frappe dans l’état actuel de déliquescence du capitalisme, c’est qu’il déploie une énergie stupéfiante pour se maintenir malgré le délabrement généralisé qu’il provoque tant dans la vie de la biosphère que dans le champ des relations humaines.

Par exemple, on aurait pu penser qu’après l’échec subi en Europe dans la tentative d’imposer les OGM et qu’au vu des conséquences néfastes de leur culture maintenant visibles aux Etats-Unis ou en Argentine, la bataille contre les OGM était gagnée. Eh bien non. A peine le front des opposants aux OGM a-t-il paru s’affaiblir que les multinationales et les zélateurs des transgéniques sont repartis en Europe à l’assaut.

Les capitalistes, les productivistes, les croissancistes, les dominants, appelez-les comme vous voulez, n’abandonnent pas un terrain tant qu’on ne leur a pas fait rendre gorge. L’impunité dont ils jouissent aujourd’hui dans la gestion du système social planétaire fait que, s’ils sont contraints de reculer face à une résistance particulière, ce recul n’est que temporaire.

Donc, l’avenir de la Zad doit rester celui de la lutte, de la vigilance, de la résistance, dans une veille d’autant plus difficile que l’adversaire semble s’assoupir et que l’attention du public se détache de l’enjeu. Pour assurer la victoire, il faut se persuader qu’elle n’est pas acquise.

Prototype d’une société à venir

Une deuxième perspective sur l’avenir de la Zad est que celle-ci approfondisse son caractère enthousiasmant de prototype d’une société à venir. Que, soulagée de la pression policière et politique – même si, on l’a vu, il faudra rester constamment en alerte -, s’y épanouissent toutes les potentialités de vie en commun émancipée de l’esprit de compétition et de cupidité qui imprègne la société dominante.

Ceux qui vivent sur la Zad sauront dire comment, au quotidien, ils explorent ensemble et rendent réelles ces potentialités.

Si je pense ici aux relations humaines, le travail sur le bien commun doit aussi porter sur un enjeu politique difficile : il s’agit de la question de la terre. Les terres de la Zad sont pour l’instant la propriété du Conseil général et leur utilisation pérenne reste incertaine.

Le partage des terres

Il est essentiel que tous les occupants de la Zad, exploitants agricoles, zadistes, Copain 44, définissent ensemble la meilleure manière de vivre ensemble de cette terre, en faisant en sorte que cette manière illustre les idées de bien commun qui sont au cœur de la lutte.

Cette réflexion a été très bien engagée par l’engagement de Copain 44 et des exploitants de ne pas entrer dans une logique d’agrandissement des exploitations actuelles, très bien engagée aussi par le collectif Sème ta Zad.

L’avenir de la Zad repose sur ce pilier fondamental : comment cultiver ensemble et de manière écologique les terres ? Si paysans, zadistes et citoyennistes relèvent avec succès ce défi, ce sera un des plus beaux fruits de l’aventure de Notre Dame des Landes.

Une alchimie belle et fragile

La force de ce qui se passe ici découle aussi de l’alchimie délicate qui s’est créée dans la lutte entre des groupes et des personnes de sensibilités, de cultures, d’âges et de convictions différents. Tout le monde ici a appris les uns des autres, s’est heurté souvent, s’est engueulé parfois, a fait des compromis, a progressé ensemble, et toujours a maintenu l’alliance en surmontant les conflits.

Cela devrait aller sans dire, mais l’avenir de la Zad découle de la vivacité de cet esprit d’alliance, qui est là aussi une clé qui pourrait inspirer tant de luttes en France et ailleurs.

La force des capitalistes ne nait pas de leur puissance, mais de notre désunion. L’union est une des plus belles plantes qui aient grandi à Notre Dame des Landes. C’est une plante délicate, difficile, exigeante, mais qu’elle est forte quand elle s’est enracinée ! Il faut l’entourer des meilleurs soins pour pouvoir la transplanter dans d’autres terreaux.

Zad partout !

Enfin, l’avenir de la Zad, c’est de savoir ne plus être la Zad, de s’articuler avec les luttes partout – je pense aux Mille vaches, au Testet, à Cigéo, au Lyon-Turin, à Saint-Jean-de-Braye, à Hambach, à… à tant d’endroits où l’on se bat contre la volonté folle de destruction du monde.

S’articuler aussi avec les luttes globales, dont une vitale est celle qui se réorganise sur le changement climatique. La Zad peut être un tremplin, une terre d’accueil, un refuge, un lieu de réflexion et d’espoir.

Alors, parviendrez-vous, parviendrons-nous, à former ce bel avenir ? Il faudra surmonter la fatigue, éviter la discorde, savoir ne pas devenir une espèce de Disneyland de la révolte. Savoir rester simples tout en étant exemplaires.

Bon courage !


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Hervé Kempf pour Reporterre

Photos : Cent pour cent naturel

Lire aussi : Tout connaitre de la Zad de Notre Dame des Landes avec la carte interactive


Cet article a été réalisé par un journaliste professionnel et a entrainé des frais. Merci de soutenir Reporterre :



DOSSIER    Grands Projets inutiles

THEMATIQUE    Luttes
27 mars 2019
L’eusko basque, première monnaie locale européenne
Alternative
24 mai 2019
En Belgique, les marcheurs du climat ont bousculé la campagne électorale
Info
24 mai 2019
Radical et non violent, Extinction Rebellion secoue la politique britannique
Info


Dans les mêmes dossiers       Grands Projets inutiles



Sur les mêmes thèmes       Luttes





Du même auteur       Hervé Kempf (Reporterre)