Écologistes, nous marchons contre le racisme et pour la justice sociale

Durée de lecture : 7 minutes

31 juillet 2020 / Une cinquantaine d’élu.e.s et de militant.e.s



« L’écologie politique propose un projet de société apaisée », écrivent les auteurs de cette tribune, qui demandent que « justice soit rendue à toutes les victimes », dont Adama Traoré. Politiques ou militants associatifs, ils rappellent que la lutte pour la justice sociale et contre le racisme est « indissociable » des autres mobilisations écologistes.

La liste des signataires se trouve en fin de texte.


Engagé.e.s dans le milieu associatif, militant.e.s politiques, citoyen.ne.s, nous avons répondu à l’appel du comité Vérité et Justice pour Adama et de l’organisation Alternatiba ce samedi 18 juillet à Beaumont-sur-Oise. Nous rappelons que la lutte pour la justice sociale est indissociable des autres mobilisations de l’écologie politique.

La génération climat et la génération Adama ont en commun de vouloir respirer. Elles mettent en cause le même arbitraire et appellent la fin des mêmes inégalités. Les défavorisé.e.s sont les premier.e.s touché.e.s par le dérèglement climatique et par les pollutions de l’air et de l’eau, les dernier.e.s à bénéficier d’une alimentation saine et, souvent, les oublié.e.s du logement et de l’éducation.

De nombreux collectifs créés pour dénoncer des écocides illustrent le lien entre les violences contre la nature et celles contre les personnes : pollution au chlordécone dans les Antilles françaises, accueil des gens du voyage dans des zones de pollutions sonores et environnementales, violences policières sur les manifestant.e.s pour le climat, la justice sociale ou contre les violences conjugales, etc.

Nous, écologistes, réclamons une fois de plus la transparence sur l’événement qui a conduit à la mort d’Adama Traoré

Nous voulons changer des règles du jeu défavorables aux premier.e.s de corvée, présent.e.s sur le terrain durant la crise sanitaire. Ces employé.e.s de ménage aux horaires incompatibles avec une vie de famille sereine, ces caissier.e.s grâce auxquel.le.s le supermarché est resté ouvert quand il n’y avait pas de masques, ces infirmier.e.s et tant d’autres ont souvent comme point commun de venir des quartiers populaires. Cette France des quartiers s’est levée ce 18 juillet à Beaumont-sur-Oise, unie à celles et ceux qui marchent aussi pour la biodiversité et le climat.

Nous, écologistes, réclamons une fois de plus la transparence sur l’événement qui a conduit à la mort d’Adama Traoré le 19 juillet 2016. Depuis, la justice officie avec difficultés : manque de moyens, expertises contradictoires, sensation que le droit n’est pas appliqué. Depuis, des dizaines de familles de victimes de violences policières, avérées ou présumées, témoignent d’une France qui subit les contrôles abusifs. À cette France, l’État devrait répondre par l’action sociale, égalitaire, sororale et fraternelle. Il lui intime le silence.

Lumir et Gabriel, militants écologistes, à la marche du 18 juillet, à Beaumont-sur-Oise.

Les changements nécessaires à la protection de notre environnement remettent en cause les fondements d’une société de consommation patriarcale, parfois raciste et souvent inéquitable. Les actions d’individus violents s’inscrivent dans un contexte. Nous dénonçons ce système qui arme et protège celles et ceux qui commettent les violences et en réduit les victimes au silence.

Cette mobilisation pour la justice n’est pas exclusive. Elle porte aussi ces victimes de la délinquance et de la criminalité du quotidien, comme Philippe, Mélanie, Thomas ou, dernièrement, Axelle, cette jeune aide-soignante percutée à Lyon. Il y a en France un déficit d’application des lois qui sont justes. Celles de la protection des victimes (en France, moins de 2 % des viols aboutissent à une condamnation en assises), celles de la protection de l’environnement, celles, encore, de la protection des plus faibles.

« La génération climat et la génération Adama ont en commun de vouloir respirer. »

L’écologie politique propose un projet de société apaisée

Sans justice, pas de paix. La justice est nécessaire à la démocratie, rend possible le respect de la norme du droit. L’écologie politique propose un projet de société apaisée. Pour la faire advenir, nous devons marcher avec toutes celles et tous ceux qui veulent la construire.

Pour réussir le changement de société auquel nous aspirons, nous demandons que justice soit rendue à toutes les victimes, sans ajouter à l’injustice en faisant de distinctions entre elles. À ce titre, une campagne raciste exhume depuis plusieurs mois le passé judiciaire d’Adama et de ses frères pour justifier les violences policières et donner une légitimation à la mort du jeune. Nous rappelons que la peine de mort a été abolie et que toute personne enfreignant la loi a le droit à un procès équitable. Dans la même logique, la police doit être exemplaire et arrêter ceux qui enfreignent la loi, quel que soit leur statut.

Gardons cette hauteur de vue et mobilisons-nous pour celles et ceux qui ne le peuvent plus.

Premiers signataires :

Béchir Saket, militant associatif, porte-parole de L630
Bastua Soimadoune, coresponsable de la Commission quartiers populaires d’EELV
Sabrina Sebaihi, maire-adjointe à Ivry-sur-Seine sur la politique de la ville
Annie Lahmer, conseillère régionale d’Ile-de-France
David Cormand, député européen
Esther Benbassa, sénatrice EELV de Paris
Léa Balage El Mariky, maire-adjointe du 18e arrondissement de Paris
Emma Ayout, membre de la Commission quartiers populaires d’EELV
Kheira Freih Bengabou, conseillère municipale à Ivry-sur-Seine
Nadia Azoug, conseillère municipale à Pantin
Nour Durand-Raucher, conseiller de Paris, Maire-Adjoint du 11e arrondissement
Cyril Pasteau, conseiller municipal à Montrouge
Rodéric Aarsse, maire-adjoint de Malakoff à l’Urbanisme
Maroin Al Dandachi, conseiller municipal à Lille
Cécile Afanyan-Poulhazan, membre de la Comm. Quartiers Populaires d’EELV
Mehdy Belabbas, coprésident du groupe des élu.es EELV d’Ivry-sur-Seine
Margot Belair, maire-adjointe Secteur 4 de Grenoble
Khaled Benmohamed, adjoint au maire à la transition écologique à Vitry-sur-Seine
Quentin Bernier-Gravat, conseiller municipal & territorial de Vincennes
Maxime Bongard, militant Jeunes Écologistes
Philippe Bouriachi, conseiller municipal Orly
Étienne Cognet, militant Jeunes Écologistes
Guillaume Cot, conseiller d’arrondissement à Paris
Benjamin Coton, militant EELV Paris 15
David Cousy, militant EELV Créteil
Abdelghani Delli, militant associatif à Vaulx-en-Velin (69)
Karima Delli, députée européenne
Fabien Darbois, membre de la Commission LGBTQI d’EELV
Louis D’Eramo, militant EELV Pays de Gex (01)
Didier Delpeyrou, conseiller municipal à Bondy
Lila Djellali, maire-adjointe du 20e arrondissement de Paris en charge de l’ESS
Vincent Dubail, coresponsable de la Commission quartiers populaires d’EELV
François Dubreuil, administrateur unis pour le climat
Axel Dumont, responsable de la Commission urbanisme EELV, Jeunes Écologistes IDF
Corine Faugeron, maire-adjointe à Paris centre en charge de la biodiversité
Axel Gauvain, militant EELV et associatif à Paris
Nathan Guedj, militant EELV à Caluire et Cuire et de la Commission Transnationale d’EELV
Ouissem Guesmi, conseiller municipal à Ivry-sur-Seine
Grégory Gutierez, conseiller municipal à Malakoff (92)
Aneth Hembert, militante Jeunes Écologistes
Nadine Herrati, maire-adjointe à Gentilly, (94)
Wandrille Jumeaux, conseiller municipal à Montreuil (93)
Nabila Kéramane, conseillère fédérale suppléante IDF Ex Conseillère Régionale EELV(78)
Gilles Lemaire, militant EELV Le Kremlin Bicêtre (94)
Richard Marion, conseiller du Grand Lyon et Conseiller municipal de Vaulx-en-Velin (69)
Karim Mastouri, conseiller municipal à Ivry-sur-Seine
Saïd Mechat, militant EELV à Argenteuil, membre de la Commission sécurité d’EELV
Marc Meric de Bellefon, militant Jeunes Écologistes
Aminata Niakaté, conseillère de Paris
Sophie Nicklaus, secrétaire régionale EELV d’Ile-de-France
Julie Nicolas, conseillère municipale à Lille
Flora Ondet, ancienne habitante de Beaumont-sur-Oise, militante associative
Sonia Pignot, militante EELV, ancienne maire-adjointe à la culture à Saint Denis
Lydie Raer, militante EELV Ivry
Pauline Rapilly Ferniot, conseillère municipale à Boulogne-Billancourt
Raphaëlle Rémy-Leleu, conseillère de Paris
Mounir Satouri, député européen
Samuel Szymanski, conseiller Fédéral EELV
Pierre-Didier TcheTche-Apea, militant associatif à Grenoble
François Thiollet, conseiller municipal de Valencisse, délégué au projet d’EELV
Marie-Claire Thomas, conseillère municipale de Lure (70)
Marine Tondelier, conseillère municipale écologiste à Hénin-Beaumont
Marie Toussaint, députée européenne
Abdallah SLIMANI, militant Jeunes écologistes et Coordinateur des marches pour le climat à Vaulx-en-Velin (69).





Lire aussi : Marche pour Adama Traoré : « Dans les quartiers populaires, l’écologie s’enrichit »

Source : Courriel à Reporterre

Photos :
. Marche du 18 juillet 2020 à Beaumont-sur-Oise à l’initiative du comité Adama et d’Alternatiba. © Amanda Jacquel/Reporterre

DOSSIER    Écologie et quartiers populaires

THEMATIQUE    Luttes
1er août 2020
Agenda : les rendez-vous festifs, écolos et militants de l’été
Info
31 juillet 2020
Un été pour explorer
La vie de Reporterre
1er août 2020
EN BÉDÉ - L’avion, un secteur qui doit (beaucoup) décroître
Info


Dans les mêmes dossiers       Écologie et quartiers populaires



Sur les mêmes thèmes       Luttes