En Mayenne, l’incendie d’une entreprise aurait provoqué la pollution d’une réserve d’eau et d’un étang

Durée de lecture : 3 minutes

23 juillet 2020



Dans la petite commune de La Gravelle, en Mayenne (53), les bâtiments de l’entreprise Léa composites (un fabricant de coques de piscines en polyester) ont été détruits lors d’un violent incendie le 1er juin 2020.

Une partie des eaux d’extinction (les eaux qui ont été utilisées pour lutter contre le feu, qui ont donc transporté des résidus de l’entreprise) se sont ensuite déversées dans une réserve incendie de 300 m3 située en aval du site, puis dans une zone humide d’environ 8.000 m², en amont d’un étang et d’un ruisseau. Le SDIS (service départemental d’incendie et de secours) a déclaré avoir fermé la vanne d’alimentation de l’étang au moment de l’incendie, par précaution.

L’incendie a ravagé l’entreprise Léa composites

Les 2 et 3 juin, la Dreal (direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) a réalisé une visite d’inspection et constaté que les eaux de la zone humide avaient été souillées par les eaux d’extinction.

D’après la presse locale, la vanne d’alimentation reliant la zone humide à l’étang a été rouverte le 26 juin par les services de l’agglomération. Les jours suivants, 200 kilos de poissons morts ont été retrouvés dans l’étang. L’eau était devenue noire et une odeur nauséabonde s’en dégageait.

Des traces de titane, d’hydrocarbures, et d’arsenic observées dans les sédiments

Des prélèvements (eaux et sédiments) avaient été effectués quelques jours auparavant, le 16 juin, mais n’ont rendu leurs résultats que le 10 juillet. « Aucun impact significatif [de l’incendie] n’a été observé », peut-on lire dans le rapport. Toutefois, certains échantillons ont affiché des valeurs au-dessus des moyennes.

Un échantillon de sédiments prélevés dans la réserve incendie a présenté une teneur en titane de 72,9 mg/kg de matière sèche (MS), alors que la gamme de valeurs couramment observées dans les sols est comprise entre 0,1 et 1,7 mg/kg MS. Cette forte concentration en titane (que l’on retrouve dans la composition des coques de piscine fabriquées à La Gravelle) « doit probablement être due au déversement des eaux d’extinction », indique le rapport.

L’étang de la Gravelle.

Des échantillons prélevés dans la réserve incendie et dans l’étang ont également montré des traces d’hydrocarbures (indice hydrocarbures C10-C40, de 1.650 mg/kg MS et 425 mg/kg MS, alors que la valeur seuil est de 500 mg/kg MS). Cette forte concentration « peut être due au déversement des eaux d’extinction dans la réserve incendie mais aussi aux autres activités ayant lieu sur la ZI, car le bassin recueille les eaux de voiries et pluviales d’une partie de la ZI », observe-t-on dans le rapport.

Enfin, une forte teneur en arsenic a été observée dans un échantillon de sédiments prélevés dans l’étang : 49,9 mg/kg MS alors que la gamme de valeurs couramment observées est comprise entre 1,0 et 25,0 mg/kg MS. Cette fois, cette teneur ne serait pas due à l’incendie car « les sédiments prélevés en amont ne révèlent pas de teneur importante en arsenic ».

Ainsi, l’incendie de l’entreprise aurait au moins conduit à la présence de titane et d’hydrocarbures dans la réserve d’incendie et dans l’étang. Le rapport indique qu’il est donc recommandé de « purger les sédiments de la réserve incendie ». En outre, une deuxième campagne de prélèvements sur les sédiments de la zone humide purgée devrait statuer sur l’éventuelle pollution des eaux d’extinctions sur celle-ci. Contactée, la Dreal n’a pas pu donner de précisions sur ces purges et prélèvements prévus, les personnes s’occupant de ce dossier étant absentes pendant les vacances.

  • Source : Reporterre
  • Photos : © Philippe Guitton-Boussion




Lire aussi : Pour dépolluer sols et eaux, une solution efficace et écolo : les plantes


31 juillet 2020
L214 et la Ligue des droits de l’Homme attaquent la cellule Déméter en justice
Lire sur reporterre.net
31 juillet 2020
Le préfet de Seine-Maritime autorise l’abattage de 1.430 renards
Lire sur reporterre.net
29 juillet 2020
De plus en plus de cours d’eau s’assèchent en France
Lire sur reporterre.net
29 juillet 2020
Triste record en 2019 : le plus grand nombre de défenseurs de la terre assassinés en une seule année
Lire sur reporterre.net
29 juillet 2020
Pesticides : les habitants de Tautavel privés d’eau potable
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
« Autoroute ferroviaire », « train des primeurs » : Jean Castex esquisse un plan de relance du fret
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
Trois milliards d’animaux touchés par les feux de forêt en Australie
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
En 46 ans, la population de poissons migrateurs a baissé de 76 %
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
Aux Etats-Unis, de grands groupes pétroliers financent la police
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
Le Premier ministre Jean Castex dénonce l’ « écologie punitive voire sectaire » et prône la croissance verte
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
Convention citoyenne pour le climat : le gouvernement commence à prendre des mesures, mais au rabais
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
À la Réunion, une opposition toujours vive contre la « nouvelle route du littoral »
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
Bérangère Abba, Joël Giraud : l’engagement écolo à géométrie variable des nouveaux secrétaires d’État
Lire sur reporterre.net
24 juillet 2020
Le bruit sismique d’origine humaine a diminué de 50 % pendant le confinement
Lire sur reporterre.net
24 juillet 2020
Une Australienne lance un procès à propos des pertes financières dues au changement climatique
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Eau, mers et océans

THEMATIQUE    Pollutions
31 juillet 2020
Malgré ses annonces, l’État pourrait laisser Amazon construire des entrepôts à gogo
Info
1er août 2020
EN BÉDÉ - L’avion, un secteur qui doit (beaucoup) décroître
Info
1er août 2020
Agenda : les rendez-vous festifs, écolos et militants de l’été
Info


Dans les mêmes dossiers       Eau, mers et océans



Sur les mêmes thèmes       Pollutions