Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Nature

En région Paca, la Camargue victime de représailles politiques

Le parc naturel régional de Camargue abrite 398 espèces d'oiseaux, dont l'emblématique flamant rose.

Le parc naturel régional de Camargue est en difficulté. Dossiers bloqués et financements en danger, à cause d’un acharnement du président de la région Paca, mettent en péril la biodiversité du delta du Rhône.

Les flamants roses et les 397 espèces d’oiseaux qui passent en Camargue ne s’y trompent pas : les grandes étendues préservées de l’urbanisation sont un refuge pour la biodiversité. Dans le delta du Rhône, en 1970, les pouvoirs publics ont créé un parc naturel régional (PNR). À l’époque, cette forme d’établissement public était innovante : il s’agissait, dans une culture du compromis, de permettre les activités humaines et de protéger « le patrimoine naturel, culturel et paysager », selon le préambule de la charte du parc naturel régional de Camargue (PNRC).

Aujourd’hui, le parc est mis en danger pour des raisons politiques. La région Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca) et son président, Renaud Muselier, imposent une prise en main brutale : blocage du renouvellement de la charte, blocage des subventions, changement des statuts. Depuis son arrivée à la présidence de la région Paca en 2017, Renaud Muselier a mis son nez dans les affaires des neuf parcs de la région : « Quand je suis arrivé, les parcs régionaux avaient tous leur indépendance, ils faisaient ce qu’ils voulaient. Moi, j’ai dit : "C’est moi qui paye, c’est moi qui fixe la ligne" », confiait-il à l’Arlésienne le 12 septembre 2020. Pour le parc de Camargue, tout s’est accéléré ces derniers mois.

© [Gaëlle Sutton->https://gaellesuttoncarto.wordpress.com/] / Reporterre

Dernier épisode en date, le 8 juin : un chantage qui met en danger l’existence même du parc. La région veut plus de représentation au conseil syndical du parc, qui est l’instance décisionnaire. Et tant qu’elle n’aura pas obtenu 44 % des droits de vote, le conseil régional ne votera pas le lancement des études pour le renouvellement, en 2026, du label parc naturel régional. « La région nous met dans la panade en ne votant pas le lancement des études le 24 juin », date du prochain conseil régional, dénonce un élu présent lors de la réunion du 8 juin où a annoncée la modification des statuts du conseil syndical du parc. « Même si nous acceptons les nouveaux statuts, il faudra attendre au mieux la prochaine réunion plénière de la région, mi-octobre, pour enfin pouvoir commencer les travaux du renouvellement de la charte. »

« On assiste à un affaiblissement de notre outil de travail »

La charte d’un parc, c’est la bible des orientations du territoire et de sa protection, c’est aussi le document sur lequel s’appuie le Premier ministre pour décréter si un parc est labellisé « parc naturel régional ». Son élaboration demande des années de travaux, des nombreuses réunions de concertation et sa validation par un vote du conseil régional. « Nous sommes déjà très en retard. Actuellement, rien n’avance. On assiste à un affaiblissement de notre outil de travail », regrette Bernard, un agent du parc dont le prénom a été changé pour préserver son anonymat.

Le parc régional de Camargue a besoin d’une nouvelle charte, mais celle-ci pourrait ne pas voir le jour avant longtemps. © Éric Besatti / L'Arlésienne - Reporterre

« Ce qu’il se passe, ce sont des règlements de compte politique », observe à regret Jacques Mailhan, éleveur de taureaux de Camargue et représentant de la chambre d’agriculture au PNRC. Il cible la guerre d’égos entre Renaud Muselier, le président de région, et Patrick de Carolis, le maire d’Arles et président du PNRC [1]. Le torchon brûle entre eux depuis que ce dernier n’a pas soutenu le futur président de région en juin 2021, même au second tour des élections régionales alors qu’il s’agissait de faire barrage à l’extrême droite. Aujourd’hui, l’animosité de Renaud Muselier envers Patrick de Carolis pèse dans le traitement qu’il réserve au PNRC : le changement de statut voulu par la région Paca permettrait de réduire l’influence des mairies dans la gouvernance du parc et supprimerait la représentation des chambres consulaires du territoire (agriculture, commerce et industrie, métiers et artisanat).

Le blocage du vote de la charte n’est que le dernier épisode de la volonté de Renaud Muselier de mettre le PNRC à sa main. Le 8 avril 2022, brutalement également, la région annonçait suspendre son financement, qui représente 40 % des ressources totales du parc, soit 874 000 euros. « Le parc est malade », justifiait Renaud Muselier quelques jours plus tard dans La Provence. Il faut dire que, depuis 2020 et l’arrivée de son nouveau directeur, Régis Visiedo, le parc tourne au ralenti : une vingtaine de projets vont ainsi être menés cette année contre quatre-vingt en 2019.

Le parc est un refuge pour des milliers d’oiseaux. © Éric Besatti / L'Arlésienne - Reporterre

Pire, la souffrance au travail a conduit à de nombreux départs : treize agents en deux ans, dont certains occupaient des postes clés. « Désorganisation », « manque de procédure », « pilotage obscur », « incompréhension dans la répartition des tâches », « impacts psychologiques dus aux dysfonctionnements » et « réel mal être du personnel », concluait un rapport du comité technique du centre de gestion de la fonction territoriale des Bouches-du-Rhône daté du 22 octobre 2021. Depuis la publication de ce rapport, le directeur est en arrêt maladie. « Il ne faisait rien, bloquait les projets, ne voulait pas les porter devant les collectivités, il a tout mis en attente », témoigne l’agent Bernard.

C’est dans ce contexte que Renaud Muselier a expliqué stopper ses financements tant qu’une nouvelle feuille de route ne serait pas produite : « Maintenant, on arrête et on part sur de nouvelles bases », disait-il dans La Provence. Face à cette attitude, France Nature Environnement, les associations de protection de l’environnement locales et la Société nationale de protection de la nature (SNPN), gestionnaire de la Réserve nationale de Camargue, sont mobilisées et demandent le maintien, sans condition, du financement régional. Sa suspension actuelle « augmente le risque de déséquilibre, voire de perte de label décerné par l’État », indiquent-elles par communiqué.

« Statuts revus ou pas, il faut que le parc refonctionne »

Jacques Mailhan, l’actuel représentant de la chambre d’agriculture, tape du poing sur la table : « Maintenant, statuts revus ou pas, il faut que le parc refonctionne. Il y a des dossiers très graves pour l’avenir de la Camargue : au sud, la construction d’un nouveau pont à Salin-de-Giraud, au nord, d’un contournement autoroutier, au centre, la salinité de l’eau du Vaccarès qui s’accentue par manque de précipitations et réduit la biodiversité. Tout ça risque de banaliser la Camargue, de lui enlever sa singularité. C’est ça, le rôle du parc, il doit être le médiateur de ces questions. L’arrêt du parc nous fragilise. »

Le parc de Camargue, comme tous les parcs de Paca, est mis en concurrence depuis 2017 pour obtenir des financements régionaux. Ils ont désormais une enveloppe de 700 000 euros à se partager. En Camargue, les recettes du parc sont en baisse continue. De 4,354 millions d’euros en 2016, elles ont été de 3,067 millions d’euros en 2021. « On nous demande de faire mieux avec moins », regrette Jean-Christophe Briffaut, délégué syndical SNE-FSU au parc de Camargue.

Le Mas du Pont de Rousty, à quelques kilomètres d’Arles, abrite le siège administratif du parc naturel régional de Camargue. © Éric Besatti / L'Arlésienne - Reporterre

Alors, depuis 2022, par manque de moyens, le parc ne peut plus assurer toutes ses missions. Ainsi, il n’y a plus de chargé de mission eau, un comble pour la plus grande zone humide de France. Conséquence, pour mettre tous les acteurs — pêcheurs, agriculteurs, protecteurs de l’environnement… — autour de la table, « c’est plus compliqué sans chargé de mission eau du parc », reconnaît Bertrand Mazel, président du syndicat des riziculteurs de France.

Côté gestion de l’environnement, l’inquiétude est plus grande encore. Par manque de moyens, cette année, le « contrat de delta », programme d’amélioration de la qualité des eaux, a été suspendu. Cette décision a des conséquences directes sur la Réserve naturelle nationale de Camargue, le cœur sanctuarisé du delta. Le programme d’observation de la qualité des eaux et l’évolution de la présence de pesticides a pris du plomb dans l’aile. « Sans contrat de delta, nous ne pouvons pas accéder aux financements de nos programmes par l’Agence de l’eau (établissement public de l’État) », regrette Gaël Hemery, directeur de la réserve. « Cette année, nous avons obtenu une dérogation et nous pouvons continuer notre suivi scientifique de la qualité de l’eau. Mais la situation n’est pas pérenne. » Pourtant, ce programme élabore des indicateurs qui permettent d’accompagner l’évolution des pratiques agricoles de l’espace protégé.

Renaud Muselier, président de la région Paca, à Arles le 12 septembre 2020. © Éric Besatti / L'Arlésienne - Reporterre

L’ambition de « partir sur de nouvelles bases » de Renaud Muselier ne se limite pas au cadre du seul PNR de Camargue. Un mois après le blocage des subventions à la Camargue, le président de région a réuni au mois de mai les représentants du réseau régional des neufs parcs naturels de Paca [2] pour fixer ses objectifs politiques. En a résulté une liste de cinq objectifs envoyée par courriel et présentés sous forme de slogans : « Faire que la région Sud garde une "COP d’avance" » ; « Faire de la région une prochaine terre d’accueil pour les JO » ; « Une région-phare de l’industrie du XXIᵉ siècle »

Le président tient à ses consignes et l’administration régionale a demandé, dans un courriel envoyé aux parcs, une « feuille de route » avec un « rendu fin juin ». « Il vous est demandé de préciser concrètement comment les actions menées par les parcs s’inscrivent dans ces objectifs », a-t-il été ordonné à ces structures, qualifiées de « satellites ».

Les scientifiques s’inquiètent de leur capacité à pouvoir continuer à suivre la qualité de l’eau dans le parc. © Éric Besatti / L'Arlésienne - Reporterre

« C’est un dévoiement de l’esprit des parcs naturels régionaux », juge Bernard, un agent du parc qui a souhaité garder l’anonymat. Et un contresens sur leur fonction, selon le président des parcs naturels régionaux de France joint par Reporterre. Sans vouloir commenter un exemple en particulier, Michaël Weber tient à rappeler les fondamentaux du fonctionnement des parcs naturels régionaux. « C’est un projet pour construire une échelle de territoire cohérente avec toutes les collectivités. Il ne faut pas que chaque collectivité voie son intérêt particulier et tire la couverture à elle, sinon les choses ne peuvent plus avancer », explique celui qui est aussi président du PNR des Vosges du Nord. « Et c’est tout l’intérêt d’un PNR : il n’y a pas de parti politique, tous les acteurs du territoire coconstruisent une charte tous les 15 ans. C’est cette charte qui fixe les orientations. »

Une fois votée par les différentes collectivités, les objectifs des chartes des PNR sont étudiées par l’État et validées par un arrêté du Premier ministre. « Pour certains élus, la gestion des parcs est difficile à appréhender et à contrôler parce qu’ils échappent à la logique de leur collectivité », explique Michaël Weber. « C’est pourtant leur principale qualité. Ils permettent de créer un parlement local en créant une échelle de coopération cohérente et un temps long de l’action. Au-delà des mandats des uns et des autres. »

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende