Face au coronavirus, des collectifs appellent à la « grève des loyers » en Espagne

Durée de lecture : 5 minutes

2 avril 2020 / Baptiste Langlois (Reporterre)



L’Espagne, deuxième pays européen le plus touché par le coronavirus, a durci ses mesures de confinement, en vigueur depuis le 14 mars. Des collectifs s’inquiètent pour les plus vulnérables qui ont des difficultés pour payer le loyer.

  • Madrid (Espagne), correspondance

L’Espagne entre en « hibernation ». Après avoir décrété l’état d’alerte le 14 mars et considérablement limité les déplacements des citoyens, le gouvernement a décidé, lundi 30 mars, de mettre à l’arrêt la quasi-totalité du système productif du pays. « Tous les travailleurs d’activités non essentielles doivent rester chez eux pendant les deux prochaines semaines, comme ils le font durant le weekend, a déclaré le Premier ministre Pedro Sánchez. Cette mesure réduira encore plus la mobilité des personnes, diminuera le risque de contagion et nous permettra de décongestionner les unités de soins intensifs (UCI) de nos hôpitaux. »

Avec des moyens limités, ces UCI, notamment celles situées dans les grands foyers de l’épidémie (Madrid, Catalogne, Pays basque), sont saturées par les arrivées de patients atteints du Covid-19. L’Espagne est, derrière l’Italie, le deuxième pays européen le plus touché par le virus avec, selon un dernier bilan au 31 mars, 94.417 cas positifs avérés et 8.189 décès. Il s’agit à 86 % de personnes âgées de 70 ans et plus.

Pour juguler la crise sanitaire, le gouvernement a donc durci le confinement et ralenti au strict minimum l’activité économique. Le télétravail est encore permis pour ceux qui le peuvent. Les autres salariés à « l’activité non essentielle » sont renvoyés à la maison, au chômage partiel ou en congé forcé, rémunéré, dont les heures perdues devront être récupérées avant la fin de l’année. L’exécutif a également interdit les licenciements pour des motifs liés à l’épidémie de Covid-19 ou aux restrictions de mobilité en vigueur. Des collectifs ont cependant signifié leur inquiétude concernant les populations les plus vulnérables, victimes collatérales de « cette espèce d’hibernation » de l’économie du pays, comme l’a définie María Jesús Montero, porte-parole du gouvernement et ministre des Finances.

Pancarte « à louer ».

« Si l’économie productive s’arrête, l’économie rentière aussi »

Les syndicats de locataires ont appelé les familles, les petits commerçants et les auto-entrepreneurs affectés par la crise du coronavirus à une « grève des loyers » à partir du 1er avril. « Qui n’est pas rémunéré ne paye pas. Si l’économie productive s’arrête, l’économie rentière aussi, affirment ces organisations. Dans beaucoup de cas, les impayés sont inévitables et arriveront indépendamment de ce que nous faisons : en une semaine, nous avons reçu des milliers de messages qui nous le confirment. Avec la grève, nous donnons l’unique réponse possible à toutes ces personnes : une réponse collective. » Les syndicats, dont la pétition en ligne a recueilli plus de 55.000 signatures, demandent aux locataires souhaitant participer à la grève de se mettre en contact avec eux. Ils ont aussi créé une « cagnotte de résistance » en ligne, qui leur permettra d’assurer « une couverture légale » aux grévistes en cas de procédures juridiques.

Ces collectifs, qui précisent toutefois différencier les petits des grands propriétaires, ne souhaitant pas voir les premiers affectés négativement par la grève, maintiendront leur appel jusqu’à recevoir des signaux positifs du gouvernement. C’est-à-dire, selon le syndicat des locataires de Madrid, « la suspension immédiate du paiement du loyer, de l’hypothèque et des fournitures basiques du foyer (électricité, eau et gaz) pour les personnes qui perdent leurs revenus pendant la crise ». D’où le nom de la campagne : #SuspensiónAlquileresYA, suspension des loyers maintenant. « En Espagne, sur le marché de la location en 2018, 27,8 % des locataires étaient au chômage et 37,3 % avaient un contrat temporaire. Il n’est pas juste que la classe travailleuse, avec une capacité financière très amoindrie actuellement, continue de payer », peste Ferrán Elias, de l’Observatori d’Habitatge i Turisme de Clot-Camp de l’Arpa et membre de la campagne. Il rappelle que les loyers moyens, dans les grandes villes espagnoles, ont augmenté de plus de 40 % lors des cinq dernières années. « La situation était déjà insoutenable, elle est désormais asphyxiante. Beaucoup de familles vont devoir se poser la question : je mange ou je paie le loyer ? »

La Calle Princesa, un des grands axes de Madrid, vide.

Le gouvernement a approuvé l’ouverture de « microcrédits » pour aider les locataires en difficulté

Le gouvernement socialiste, en coalition avec Podemos (gauche radicale), a approuvé mardi une série de mesures pour aider les locataires en difficulté à cause du virus. Parmi celles-ci, l’ouverture de « microcrédits », allant jusqu’à 900 euros par mois, pour les citoyens en « situation de vulnérabilité » qui louent à des particuliers ou des petits propriétaires. Ils auront six ans — extensible à dix — pour rembourser le crédit à 0 % contracté. Concernant les locataires de grands propriétaires, fonds d’investissement ou banques, l’exécutif annonce un moratoire de quatre mois pour le paiement du loyer. Ils bénéficieront d’une remise de dette de 50 % ou d’une restructuration de celle-ci. À noter, également, que les expulsions immobilières, grandes tragédies dans le pays depuis la crise de 2008, sont suspendues pendant six mois.

Un premier pas, certes, mais loin d’être suffisant aux yeux des syndicats. « Alors que l’économie s’effondre, que les revenus s’effondrent, les loyers doivent être perçus au même taux. Comme si tout continuait pareil », réagit sur Twitter Jaime Palomera, porte-parole du Sindicat de Llogateres à Barcelone. « C’est honteux de demander aux plus vulnérables de s’endetter pour pouvoir continuer de payer leur loyer, ajoute Ferrán Elias. Les décisions du gouvernement vont, pour le moment, dans le même sens qu’après la crise de 2008 : protéger les grands propriétaires et les banques. Or eux aussi doivent assumer leur part du coût de la crise. »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Lire aussi : Face au coronavirus, l’entraide se répand en Angleterre

Source et photos : Baptiste Langlois pour Reporterre

. chapô : Capture écran webcam de la Puerta del Sol, place centrale de Madrid, habituellement noire de monde.

DOSSIER    Coronavirus

THEMATIQUE    International
14 avril 2020
La solidarité, vaccin et remède contre la pandémie
Tribune
29 mai 2020
Face au capitalisme, se fédérer pour le « salut commun »
Tribune
30 mai 2020
Le plastique est relancé par le coronavirus- au détriment de l’environnement
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Coronavirus



Sur les mêmes thèmes       International





Du même auteur       Baptiste Langlois (Reporterre)