Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Pollutions

L’Indonésie veut une nouvelle capitale « zéro émission »

Jakarta, en Indonésie.

Pour fuir la misère de Jakarta, la capitale de l’Indonésie s’apprête à migrer de… 2 000 kilomètres. Le Parlement de l’archipel d’Asie du Sud-Est a adopté, mardi 18 janvier, une loi approuvant le transfert de sa capitale politique vers l’île de Bornéo. Baptisée Nusantara, la nouvelle capitale n’existe pas encore. Plus de 56 000 hectares lui ont été réservés dans la province de Kalimantan Est, où elle devrait sortir de terre d’ici 2045. Le budget de ce déménagement titanesque a été évalué à quelque 33 milliards de dollars.

Annoncé en 2019 par le président Joko Widodo, ce projet entend donner de l’air à l’actuelle capitale, Jakarta. Affectée par d’interminables embouteillages et un haut niveau de pollution, cette conurbation géante de plus de 30 millions d’habitants est devenue invivable. Ces derniers étouffent, les infrastructures manquent et sa zone côtière s’enfonce peu à peu sous le niveau de la mer, ce qui l’expose à de fréquentes inondations.


Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Joko Widodo (@jokowi)

Capitale avec « zéro émission »

À l’inverse, Bornéo s’érige comme un véritable poumon vert. Sa forêt tropicale, parmi les plus vastes au monde, est partagée entre l’Indonésie, la Malaisie et le petit État du Brunei. Le gouvernement espère attirer des « talents internationaux » dans sa capitale flambant neuve, qu’il promet futuriste et à « zéro émission ». Peuplées d’arbres et quasi désertes de logements, les premières images de la maquette semblent surtout utopistes. En vue d’une expansion, l’État indonésien dispose d’une réserve de plus de 256 000 hectares d’espaces verts dans les alentours. Autant de surfaces qui risquent donc d’être englouties par l’urbanisation ces prochaines décennies.

Malgré ce changement, Jakarta devrait rester le cœur économique du pays. En Asie, la Malaisie avait déjà déménagé sa capitale administrative de Kuala Lumpur vers Putrajaya, en 2003. Tout comme la Birmanie, trois ans plus tard, qui avait établi sa nouvelle capitale à Naypyidaw.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende