La loi sur la recherche adoptée malgré l’opposition des chercheurs

Durée de lecture : 2 minutes

18 novembre 2020



Mardi 17 novembre, les députés ont définitivement adopté la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR).

Dans l’après-midi, des manifestants se sont rassemblés dans plusieurs villes de France, notamment sur la place de la Sorbonne, à Paris, contre ce projet de loi contesté.

Pour nombre de chercheuses et de chercheurs, cette loi va promouvoir une recherche basée sur la compétition et le court-terme, comme l’expliquait à Reporterre, Jeanne Gherardi-Scao, enseignante-chercheuse rattachée au laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE) :

On peut imaginer que les sujets tels que la 5G ou l’hydrogène, qui prétendent apporter des solutions rapides au changement climatique, vont être privilégiés. Cela au détriment d’une recherche de fond comme la paléoclimatologie qui tente de comprendre les processus passés d’un système, ou de problématiques scientifiques non résolues mais moins axées vers une démarche productive.

Outre les conséquences néfastes que pourrait avoir cette loi sur la recherche, la LPPR crée un délit d’intrusion dans les universités, mesure liberticide qui a suscité la protestation d’organisations étudiantes et d’enseignants-chercheurs.

Inséré par amendement lors du passage du texte au Sénat, cet article prévoit que « le fait de pénétrer ou de se maintenir dans l’enceinte d’un établissement d’enseignement supérieur sans y être habilité en vertu de dispositions législatives ou réglementaires ou y avoir été autorisé par les autorités compétentes, dans le but de troubler la tranquillité ou le bon ordre de l’établissement, est passible des sanctions ». Lesquelles s’élèvent à un an de prison et 7.500 euros d’amende. Et même à trois ans de prison et 45.000 euros d’amende si ce délit est commis en réunion. En clair : l’occupation ou le blocage de facs — mode d’action régulièrement utilisé par les étudiants pour se faire entendre — pourront être fortement réprimés.

- Source : Reporterre.
- Photo : Compte Twitter d’Université Ouverte.





Lire aussi : La réforme de la recherche « ne nous incite pas à prendre soin du monde dans lequel on vit »


24 novembre 2020
Masques distribués aux fonctionnaires : « il n’y a rien à cacher », rassure le gouvernement
Lire sur reporterre.net
24 novembre 2020
À Paris, la police expulse un camp d’exilés et les pourchasse dans les rues
Lire sur reporterre.net
23 novembre 2020
Lutte contre l’implantation d’un McDo dans l’Aubrac
Lire sur reporterre.net
23 novembre 2020
Le véritable (et peu glorieux) bilan du CAC 40
Lire sur reporterre.net
23 novembre 2020
Une carte des projets toxiques à Rouen (Seine-Maritime)
Lire sur reporterre.net
23 novembre 2020
Malgré le confinement, les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère ont encore augmenté en 2020
Lire sur reporterre.net
21 novembre 2020
Des manifestations contre la loi « sécurité globale » ont eu lieu dans toute la France
Lire sur reporterre.net
21 novembre 2020
L’attribution des fréquences 5G attaquée en justice
Lire sur reporterre.net
19 novembre 2020
L’accès aux toilettes, un enjeu écologique
Lire sur reporterre.net
19 novembre 2020
« Décision historique » : le Conseil d’État pourrait enjoindre au gouvernement d’agir pour le climat
Lire sur reporterre.net
19 novembre 2020
L’étrange appétit d’Amazon pour les militaires
Lire sur reporterre.net
19 novembre 2020
Journalistes et rédactions s’élèvent contre les violences policières
Lire sur reporterre.net
18 novembre 2020
Un recours devant le Conseil d’État demande l’accès à la nature pendant le confinement
Lire sur reporterre.net
18 novembre 2020
Les éboueurs parisiens en grève illimitée
Lire sur reporterre.net
18 novembre 2020
Aviation : 1 % de la population mondiale responsable de la moitié des émissions de CO2
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Politique
13 novembre 2020
Les serres géantes, « usines à tomates », envahissent la Bretagne
Reportage
23 novembre 2020
Tueurs d’épicéas, les scolytes dévastent les forêts des Ardennes
Reportage
28 octobre 2020
Dans le Gard, la délicate cohabitation avec un géant des pesticides
Reportage


Sur les mêmes thèmes       Politique