Faire un don
13880 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
17 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

La sixième crise d’extinction des espèces, c’est maintenant

Durée de lecture : 2 minutes

29 juillet 2014 / Camille Martin (Reporterre)

Une étude scientifique confirme l’état alarmant de la biodiversité : la vie sur Terre connait la sixième crise d’extinction massive de son histoire.


La biodiversité observable aujourd’hui sur la planète Terre est le résultat de 3,5 milliards d’années d’évolution, et elle a présente une richesse jamais connue jusqu’alors. Mais elle pourrait atteindre un « seuil de basculement » - « a tipping point » - selon des chercheurs de l’université Stanford, aux Etats-Unis, et d’autres universités au Mexique, au Brésil et en Angleterre.

Dans une étude synthétisant les données disponibles et publiée dans la revue Science le 25 juillet, les biologistes jugent que le recul de la biodiversité animale « contribue à ce qui parait être les premiers jours de la sixième crise d’extinction biologique massive de la planète »

Depuis 1500, expliquent-ils, plus de 320 espèces de vertébrés terrestres ont disparu. Les populations de celles qui subsistent ont des effectifs réduits de 25 %. La situation est comparable pour ce qui concerne les espèces d’invertébrés.

Alors que les extinctions précédentes avaient été causées par des transformations naturelles ou des chutes catastrophiques d’astéroïdes, l’extinction en cours est causée par l’activité humaine. Les chercheurs la désignent par le terme de « défaunation anthropocène », expression qui est le titre de leur article.

Parmi les espèces de vertébrés, de 16 à 33 % sont jugées menacées ou en danger. Les animaux les plus grands - éléphants, rhinocéros, ours polaires, … -, qui constituent la « mégafaune », connaissent les plus hauts de déclin, une tendance qui avait précédé les précédentes crises d’extinctions massives.

Même si leur nombre est réduit, leur perte aurait un effet important par répercussion sur les écosystèmes dont ils sont une pièce maîtresse. Par exemple, comme on l’a observé dans des zones du Kenya d’où zèbres, girafes et éléphants ont disparu, le territoire a été envahi par des rongeurs, ce qui a modifié l’écosystème et augmenté les maladies parasitaires et le risque pour la santé humaine.

Les scientifiques soulignent aussi une autre tendance : alors que la population humaine a doublé dans les trente-cinq dernières années, le nombre d’invertébrés (papillons, araignées, coccinelles, vers de terre) a décrû de 45 %. Cela a une forte incidence sur la pollinisation des plantes, ainsi que sur la décomposition de la matière organique, indispensable pour la productivité des écosystèmes.

« Nous perdons des fonctionnements critiques des écosystèmes, et nous devrions y être aussi attentifs qu’à la perte des animaux », dit Rodolfo Dirzo, l’auteur principal de l’étude.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Camille Martin à partir de Stanford News.

Complément d’info : Le sommaire du dossier de Science.

Photo : Incilies Periglenes (Wikipedia) - cette espèce, le crapaud doré, a disparu.

Lire aussi : Il faut sauver les grosses bêtes.


Cet article a été réalisé par un journaliste professionnel et a entrainé des frais. Merci de soutenir Reporterre :

5 décembre 2019
Chili : même sans la COP, les écolos se mobilisent
Info
4 décembre 2019
La réforme des retraites aggraverait la crise écologique
Enquête
5 décembre 2019
Pourquoi la réforme des retraites va-t-elle contre les femmes ? (VIDÉO)
1 minute, 1 question




Du même auteur       Camille Martin (Reporterre)