Le Mercaptan cause d’un accident mortel en 1970

Durée de lecture : 1 minute

22 janvier 2013 / Robin des bois


L’accident mortel du 8 avril 1970 qui a provoqué la mort de trois cheminots à la suite d’une fuite de mercaptan sur un wagon-citerne a eu lieu à Morcenx dans le département des Landes. Une autre fuite analogue a provoqué le 1er décembre 1970 l’évacuation d’urgence d’une partie du village de Lamothe dans les Landes et l’arrêt pendant plusieurs heures du trafic ferroviaire. Depuis ces évènements, le mercaptan est ciblé par la protection civile et les autres instances comme une molécule particulièrement dangereuse, appelant le renforcement des modalités de transport et d’intervention en cas de fuite ou de dégagement.

Robin des Bois note avec satisfaction qu’un périmètre de sécurité est établi autour du site Lubrizol de Rouen. Cette disposition est tardive. En 2009, le site Lubrizol d’Oudalle (76) a subi deux dégagements incontrôlés de mercaptan obligeant à l’évacuation des entreprises voisines et à l’hospitalisation brève de quelques salariés.

L’incapacité de Lubrizol à stopper les dégagements et à empêcher les émanations hors du périmètre de l’usine montre que ce site ancien rattrapé par l’urbanisation, cerné par d’autres entreprises industrielles et des axes routiers très fréquentés ne répond aux objectifs de maîtrise des risques de la directive Seveso.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Communiqué de Robin des bois

Lire aussi : Mercaptan de Rouen : le gaz est bien toxique

8 juillet 2019
Un grand merci, ami(e)s lectrices et lecteurs ! Reporterre va bien
Édito
19 juillet 2019
Prespa, havre de nature sauvage au cœur des Balkans
Reportage
19 juillet 2019
Contre le G7, arme de séduction massive pour imposer le capitalisme
Tribune




Du même auteur       Robin des bois