Le prix Nobel récompense Crispr-Cas9, une technique de modification du vivant controversée

Durée de lecture : 2 minutes

8 octobre 2020



Le prix Nobel de chimie 2020 a été attribué, mercredi 7 octobre, à Emmanuelle Carpentier et Jennifer Doudna, une chercheuse française et l’autre américaine, pour leur invention de l’outil d’édition du génome Crispr-Cas9.

Cet outil moléculaire d’édition du génome, souvent présenté comme un « ciseau » permettant de couper l’ADN, est constitué de deux éléments : d’un côté, un brin d’ARN, de séquence homologue à celle de l’ADN que l’on veut exciser, et de l’autre, une enzyme, le Cas9. Dans la cellule, le brin d’ARN va reconnaître la séquence homologue sur l’ADN et s’y placer. L’enzyme Cas9 se charge alors de couper la chaîne ADN complémentaire à ce brin ARN. Le trou laissé par le passage du Crispr-Cas9 pourra alors être comblé par n’importe quel nouveau fragment d’ADN.

Dès la publication des travaux des chercheuses, en 2012, la technique Crispr-Cas9 a suscité un engouement : « Avec elle, tout devient interchangeable : un chercheur décrit Crispr comme la fonction “rechercher-remplacer” d’un ordinateur. L’outil est aussi universel : on s’en sert donc pour améliorer les semences de blé ou de pomme de terre, ajouter des traits aux espèces d’élevage, corriger des gènes sur des embryons humains », peut-on lire dans UP’Magazine. Des milliers d’articles scientifiques ont été consacrés à cette méthode et pas moins de 10.000 laboratoires répartis partout dans le monde y travaillent.

« Simple, peu coûteuse et ultrarapide » selon ses promoteurs, cette technique est ainsi largement utilisée dans la création de nouveaux OGM et d’organismes issus du forçage génétique. Non sans susciter des inquiétudes. Car tous ces organismes génétiquement modifiés pourraient se répandre rapidement à travers la planète, menaçant la biodiversité.

Certains craignent également que cet outil de modification du vivant ne servent à des projets transhumanistes.

  • Source : Reporterre
  • Photo : brin d’ADN, via Pixabay (CC0).





30 octobre 2020
La loi réautorisant les néonicotinoïdes définitivement adoptée
Lire sur reporterre.net
30 octobre 2020
Des maires autorisent l’ouverture des commerces non alimentaires
Lire sur reporterre.net
30 octobre 2020
Plusieurs manifestations contre le confinement en France
Lire sur reporterre.net
29 octobre 2020
En 2019, les rémunérations des PDG du CAC 40 ont encore côtoyé les sommets
Lire sur reporterre.net
29 octobre 2020
L214 : nouveau scandale dans un élevage de 200.000 poules dans l’Oise
Lire sur reporterre.net
29 octobre 2020
Reconfinement : parcs, jardins et marchés restent ouverts
Lire sur reporterre.net
28 octobre 2020
Contrefeu ou coincidence ? L’Andra lance un podcast du même nom que la bédé critique « Cent mille ans »
Lire sur reporterre.net
28 octobre 2020
Les sénateurs ont voté en faveur du retour temporaire des néonicotinoïdes
Lire sur reporterre.net
27 octobre 2020
Les cinq décrocheurs de portraits d’Emmanuel Macron relaxés à Auch
Lire sur reporterre.net
27 octobre 2020
Les banques françaises investissent massivement dans des secteurs climaticides
Lire sur reporterre.net
27 octobre 2020
A Lyon, le squat accueillant des migrants a été expulsé
Lire sur reporterre.net
27 octobre 2020
Les sénateurs vont se prononcer sur les néonicotinoïdes
Lire sur reporterre.net
26 octobre 2020
L’Europe exporte trop de véhicules d’occasion polluants, selon l’ONU
Lire sur reporterre.net
26 octobre 2020
Les Chiliens votent en faveur d’une nouvelle Constitution
Lire sur reporterre.net
26 octobre 2020
Le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires va entrer en vigueur
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    OGM

27 octobre 2020
La fermeture des frontières place les migrants à la merci du changement climatique
Info
30 octobre 2020
Dans le Lot, un projet agrivoltaïque divise Montcuq-en-Quercy-Blanc
Reportage
30 octobre 2020
Benbassa-Autain : « La gauche a des réponses émancipatrices face au terrorisme »
Entretien


Dans les mêmes dossiers       OGM