Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Énergie

Les énergies fossiles renferment 3 500 milliards de tonnes de CO2

Une raffinerie, illustration.

Sous nos pieds dorment d’immenses réserves de combustibles fossiles. Et ces derniers contiennent l’équivalent de 3 500 milliards de tonnes de gaz à effet de serre (GES), selon le rapport publié lundi 19 septembre par Carbon Tracker et Global Energy Monitor. Cette quantité impressionnante de GES serait libérée dans l’atmosphère si les réserves mondiales de gaz, charbon et pétrole étaient entièrement utilisées. C’est plus que toutes les émissions produites depuis la révolution industrielle, et surtout, plus de sept fois le budget carbone prévu pour limiter l’augmentation de la température à 1,5 °C par rapport à l’ère préindustrielle, soit l’objectif le plus ambitieux des accords de Paris (2015).

En 2018, les scientifiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) ont estimé que le monde pouvait encore produire entre 420 et 580 milliards de tonnes de gaz à effet de serre. Il faudrait respecter cette fourchette pour espérer que la température moyenne mondiale n’augmente pas de plus de 1,5 °C. Or, d’après le rapport, les États-Unis et la Russie possèdent chacun des réserves de combustibles fossiles suffisantes pour dépasser ce budget carbone mondial. L’ambition de ce travail qui répertorie les données de plus de 50 000 sites dans quatre-vingt-neuf pays est donc de servir de référentiel aux États et à la société civile afin de raisonner la production de combustibles pour sortir progressivement des énergies fossiles.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende