Les hippopotames de Pablo Escobar restaurent un monde perdu

Durée de lecture : 3 minutes

25 mars 2020

Lorsque le baron de la drogue Pablo Escobar a été abattu en 1993, il a laissé derrière lui son empire de la cocaïne… et un zoo rempli d’animaux sauvages. Ses lions, ses girafes et ses autres animaux exotiques ont été déplacés de son luxueux domaine, l’Hacienda Nápoles, à l’est de Medellín, vers de nouveaux horizons. Mais ses hippopotames, laissés à l’abandon, ont prospéré et proliféré dans les petits lacs du nord de la Colombie, ce qui en fait le plus grand animal envahissant du monde. Il y aurait aujourd’hui entre 80 et 100 spécimens.

Dans une étude publiée lundi 23 mars dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, des scientifiques affirment que, contrairement à l’idée reçue selon laquelle les grands mammifères herbivores envahissants ont des effets strictement négatifs sur leur nouvel environnement, les hippopotames d’Escobar montrent comment des espèces introduites peuvent restaurer un monde perdu.

Une équipe de biologistes de la conservation a en effet comparé les caractéristiques de grandes espèces herbivores envahissantes, comme l’hippopotame colombien, avec leurs homologues éteints depuis le Pléistocène tardif comme les mammouths, les paresseux géants et les wombats géants. Ils ont ainsi découvert que certaines espèces envahissantes des temps modernes recomposent des équilibres écosystémiques jamais observés depuis que l’humain a provoqué l’extinction généralisée de la mégafaune, ces 100.000 dernières années.

Certaines espèces herbivores introduites correspondent presque parfaitement, sur le plan écologique, aux espèces éteintes du Pléistocène, comme les chevaux sauvages modernes, connus sous le nom de mustangs, et les chevaux pré-domestiques éteints en Amérique du Nord.

« Les hippopotames sauvages d’Amérique du Sud ont un régime alimentaire et une taille similaires à ceux des lamas géants éteints, tandis qu’un type bizarre de mammifère éteint, le notoungulata, partage avec les hippopotames une grande taille et des habitats semi-aquatiques », explique au Guardian le co-auteur de l’étude, John Rowan, biologiste et évolutionniste à l’Université Massachusetts Amherst.

En comparant les caractéristiques écologiques des espèces herbivores d’avant les extinctions du Pléistocène à nos jours, telles que la taille, le régime alimentaire et l’habitat, les chercheurs ont pu quantifier dans quelle mesure les espèces introduites étaient plus ou moins similaires à leurs prédécesseurs éteints.

L’analyse a révélé qu’en introduisant des espèces de grands herbivores dans le monde entier, l’humain avait restauré des caractéristiques écologiques perdues de nombreux écosystèmes, contrebalançant ainsi un héritage d’extinctions et rendant le monde plus semblable à celui d’avant les extinctions du Pléistocène tardif.

  • Source : The Guardian
  • Photo : L’hippopotame Vanessa, rejetée par le troupeau et recueillie par le zoo du parc de l’hacienda Nápoles Wikipedia.



10 avril 2020
Les autorités américaines veulent banaliser les déchets à faible radioactivité
Lire sur reporterre.net
10 avril 2020
L’ours pyrénéen Cachou retrouvé mort en Espagne
Lire sur reporterre.net
10 avril 2020
Les anti-publicitaires s’insurgent contre la proposition de financer les annonceurs publicitaires
Lire sur reporterre.net
9 avril 2020
Le gouvernement recommande de cesser la désinfection des villes
Lire sur reporterre.net
9 avril 2020
Aux États-Unis, le socialiste écologiste Bernie Sanders arrête sa campagne
Lire sur reporterre.net
9 avril 2020
La plateforme Vinted relance ses ventes malgré le confinement
Lire sur reporterre.net
9 avril 2020
Un demi-milliard de personnes pourraient basculer dans la pauvreté à cause de la crise sanitaire
Lire sur reporterre.net
9 avril 2020
Dix mois consécutifs plus chauds que la normale, un record national
Lire sur reporterre.net
8 avril 2020
Restriction des épandages agricoles : le Conseil d’État saisi
Lire sur reporterre.net
7 avril 2020
En Australie, la Grande Barrière vient de vivre son pire épisode de blanchissement de coraux
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
Face à la chute des cours du pétrole, l’État prêt à soutenir le parapétrolier Vallourec
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
Le mois de mars 2020 figure parmi les plus chauds jamais enregistrés
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
Amazon mis en demeure par l’Inspection du travail
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
Plan de relance : 250 organisations dénoncent le lobbying de l’aviation
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
Un incendie près de Tchernobyl provoque une forte hausse de la radioactivité
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Animaux

THEMATIQUE    Nature
10 avril 2020
Mettre au monde en pleine épidémie : le quotidien ardu des nouvelles mères
Enquête
10 avril 2020
À Bure, les antinucléaires retrouvent l’envie de lutter ensemble
Reportage
10 avril 2020
La solidarité avec les paysans, socle de l’autonomie alimentaire de demain
Chronique


Dans les mêmes dossiers       Animaux



Sur les mêmes thèmes       Nature