Les séismes seront de plus en plus fréquents en Europe

Durée de lecture : 2 minutes

21 septembre 2013 / Sandro Calderon et Kevin Dero (RTBF.be)

L’Europe pourrait être frappé à l’avenir par des séismes sans précédent, démontre une étude scientifique pan-européenne. Il faut en tenir compte pour la gestion d’installations sensibles comme les centrales nucléaires.


Share. Seismic Hazard Harmonization in Europe. C’est le nom d’un nouveau programme européen, qui associe treize pays (dont la Turquie et l’Algérie). Les données concernant les séismes y sont collectées et mises en commun. Une première en Europe. Jusqu’ici, chaque pays tenait ses statistiques, conservait ses archives.

Conclusion ? Oui, la Terre tremble régulièrement en Europe, et c’est particulièrement vrai dans le Sud de l’Europe. La Turquie, la Grèce, les Balkans, la Roumanie ou encore l’Italie sont très exposés. Dans ces pays, les séismes peuvent être puissants. Ils sont dus à la rencontre des plaques tectoniques africaine et eurasienne.

Mais notre bon vieux plat pays est également concerné. « La région la plus active, c’est la région frontière entre les Pays-Bas, l’Allemagne et la Belgique, ainsi que sa prolongation en Ardenne jusque dans la région de Liège. Il y a une deuxième région, c’est la zone du Hainaut, grosso modo entre Quiévrain, à la frontière française et la région de Charleroi », souligne Thierry Camelbeeck, sismologue à l’Observatoire Royal de Belgique.

Les scientifiques européens appellent également les pouvoirs publics à la vigilance, à l’avenir, l’Europe pourrait être touchée par des séismes beaucoup plus importants que par le passé, un risque qu’il faut prendre en compte pour l’élaboration des normes parasismiques.

Le sismologue prévient : « Sans vouloir être dramatique, il ne faut pas perdre cet aspect de vue surtout lorsqu’on considère des ouvrages d’art ou des industries qui sont plus à risques ». Un nouveau projet de recherche va d’ailleurs étudier les tests de résistance les plus efficaces pour les installations critiques.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et image : RTBF.be

Lire aussi : EXCLUSIF : La centrale de Fessenheim est beaucoup moins sûre que les centrales allemandes

1er avril 2020
Nous ne sommes pas en guerre
Tribune
2 avril 2020
La crise sanitaire est l’occasion de réfléchir à la décroissance choisie
Tribune
2 avril 2020
Désinfecter les villes ? Destructeur pour les milieux aquatiques
Info