Mercaptan de Rouen : le gaz est bien toxique

Durée de lecture : 2 minutes

22 janvier 2013 / Michèle Rivasi

La fuite de gaz mercaptan qui se produit depuis lundi 21 janvier est présentée par les autorités comme sans danger. Mais ce gaz est nuisible pour les populations critiques.


Lundi 21 janvier, l’usine Lubrizol de Rouen a détecté une instabilité sur une de ses spécialités chimiques : le mercaptan (dont le nom chimique est méthanetiol). Cette instabilité est à l’origine de dégagements d’odeurs de gaz qui se sont répandues jusqu’en région parisienne. Selon les autorités, ce gaz n’a pas de caractère toxique.

Pour Michèle RIVASI, députée européenne EELV, les autorités ont failli dans l’application du principe de précaution :

« Les autorités sont parties du principe que la concentration en gaz était suffisamment basse pour ne pas déclencher d’alerte, mais il ne s’agit là que d’un calcul lié à une valeur limite d’exposition pour des individus bien portants. La fiche toxicologique du méthanetiol n’a rien de rassurant : il est toxique par inhalation. On ne classe pas une industrie Seveso s’il n’y a pas de risques liés à l’exploitation de quantités importantes de produits chimiques nocifs pour la santé et l’environnement, et dans le cas présent les quantités présentes risquent d’affecter fortement les riverains ».

"Je suis d’accord avec le fait qu’il ne faut pas provoquer des mouvements de panique injustifiés mais il faut aussi et surtout protéger les personnes les plus sensibles et notamment celles souffrant d’affections respiratoires et cutanées chroniques, pour qui ce genre d’expositions temporaires est un véritable calvaire. N’oublions pas non plus que notre société compte de plus en plus de personnes ayant développé une ultra-sensibilité à l’exposition aux produits chimiques.

Quand l’on voit l’ensemble des réactions sur Twitter, on est en droit de se poser des questions sur l’absence véritable de risques : migraine, mal aux yeux, mal au cœur, démangeaisons, etc. Ce n’est pas parce que le danger n’est pas mortel qu’il ne faut pas prendre de précautions : le Ministère de l’Intérieur aurait dû appeler à la vigilance et demander aux riverains et aux personnes sensibles de rester confinées chez elles pour ne pas saturer les pompiers d’appels - à juste titre - anxieux« . »Surtout il faut bien prendre conscience que cette odeur de gaz risque d’empêcher de détecter de véritables fuites de gaz, chacun doit donc rester vigilant pour éviter tout risque d’explosion".



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Michèle Rivasi

16 septembre 2019
La réforme Blanquer à l’assaut des langues régionales
Info
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage




Du même auteur       Michèle Rivasi