Hervé Kempf

Blog

Notre-Dame-des-Landes : et maintenant, gagner la bataille de la paix


La remise du rapport de médiation sur Notre-Dame-des-Landes, mercredi 13 décembre, marque un tournant majeur dans une longue et passionnante histoire. Les trois médiateurs concluent - conclusion avalisée par le Premier ministre Edouard Philippe - que l’aménagement de l’aéroport nantais existant est réaliste, possible, et moins coûteux que la construction d’un nouvel aéroport dans le bocage.

C’est la confirmation de ce que suggéraient les opposants depuis de longues années. Un rapport gouvernemental vient enfin donner raison à ce que les citoyens proposaient bien antérieurement. Que de temps et d’énergie perdus !

À mots couverts - « constats erronés » -, la mission de médiation constate aussi les erreurs commises, pour ne pas dire les mensonges, par la Direction générale de l’aviation civile, et dont Reporterre avait établi plusieurs exemples, dont une ahurissante manipulation des chiffres.

Les médiateurs éclaircissent aussi la question des nuisances sonores et innovent en soulignant les enjeux d’étalement urbain qu’impliquerait la construction d’un aéroport à Notre-Dame-des-Landes.

En revanche, ils ne remettent pas en question les perspectives de trafic aérien, et continuent à tabler sur 9 millions de passagers en 2050 - comme si les émissions de gaz à effet de serre du trafic aérien pouvaient être négligées, et comme si les prévisions passées n’incitaient pas à la prudence : en 1973, une étude prédisait pour l’an 2000 six millions de passagers à Nantes [1] - un chiffre qui n’a toujours pas été atteint en 2017 (5,7 millions de passagers)...

En tout cas, le gouvernement a en main les éléments lui permettant de prendre la décision rationnelle qui s’impose : abandonner enfin ce projet de Notre-Dame-des-Landes.

L’ordre public, c’est la paix, pas les gaz lacrymogènes

On ne peut affirmer qu’il le fera. Mais il est légitime d’en faire l’hypothèse. C’est alors un autre problème qui se pose : celui du destin des 1.650 hectares de terres disputés, et que l’on appelle la « Zone à défendre », la Zad.

Des pro-aéroport, des députés, des "sources" au ministère de l’Intérieur multiplient les déclarations sur le terrible danger que représenteraient les zadistes et appellent à l’évacuation, comme si le sort de la République était en jeu. Un article délirant de Valeurs actuelles assure même que des zadistes « menacent de se jeter du haut d’un arbre pour se tuer sur un gendarme ».

Il ne fait pas de doute que le gouvernement soupèse la possibilité de tenter une « évacuation » de la Zad, avec force gendarmes, CRS, drones, et autres engins et armes de toutes sortes. Mais si M. Macron avait assuré en février qu’il se « préoccupait de l’ordre public », il assurait : « Je ne veux pas d’évacuation, il n’y aura pas de brutalité ».

Mercredi, M. Philippe a parlé d’ordre public : la décision du gouvernement permettra « de garantir un retour à la normale, notamment s’agissant des questions relatives à l’ordre public ». Mais l’ordre ne signifie pas mécaniquement la présence de soldats et de policiers ; il désigne une situation calme, où l’on vaque à ses activités dans le respect des règles collectives et d’autrui.

Avec d’autres mots, c’est ce que disait un habitant de la Zad, Bob, que nous avions rencontré en 2013 :

Voici la porte qui s’ouvre : les paysans et les habitants de ce qu’on appelle encore la Zad veulent simplement vivre là, dans un coin de bocage qui reste un milieu écologique riche et divers. Un lieu où s’est élaborée en quelques années une façon d’être ensemble différente de la société de consommation, mais originale et prometteuse, où se vit la sobriété matérielle qui est une voie d’avenir pour éviter le chaos climatique et la dégradation accélérée de l’environnement. Des naturalistes, des paysans observent qu’il est possible de mettre en œuvre, ici, une agriculture fructueuse mais respectant le milieu. Et les médiateurs proposent que la Zad devienne « un terrain d’expérimentation de pratiques agroenvironnementales rénovées, sous le pilotage des acteurs locaux. »

Il est temps de transformer la Zad en Zaï : Zone à imaginer. De la concevoir comme un bien commun, un terrain d’expérimentation, une zone où le collectif de celles et ceux qui y vivent pourrait élaborer les formes écologiques et sociales d’une communauté écologique exemplaire. Il faut du courage imaginatif des deux côtés : du côté du gouvernement, pour ne pas céder aux sirènes hystériques qui l’appellent à la guerre civile ; du côté des opposants - zadistes, paysans, associatifs, naturalistes, habitants, élus - pour accepter de la rendre possible cette évolution, en négociant avec l’Etat. Il s’agit au fond d’imaginer la paix, qui est l’ordre librement consenti par tous.


[1Oream Nantes-Saint-Nazaire, Projet d’aéroport Nord de Nantes, 21 septembre 1973.


Lire aussi : « Notre-Dame-des-Landes », par Heré Kempf (Seuil)

Source : Reporterre



Documents disponibles

  Sans titre




Autres articles :

  • Le président Macron, figure du néo-capitalisme : tout numérique… et autoritaire

  • Vous ne nous écraserez pas

  • M. Hulot n’est pas l’écologie

  • Les mensonges sanglants de M. Macron

  • Association de malfaiteurs

  • La Zad et la guerre civile mondiale

  • Quand « Tout est prêt pour que tout empire » se joue au théâtre

  • Écologie : maintenant il faut se battre

  • Hubert Reeves : « Plus rien ne nous menace. Sauf nous ! »

  • Jean-Luc Mélenchon : « L’écologie doit être un stimulant d’enthousiasme »

  • Face à l’Etat brutal, les hiboux de Bure manifestent leur sagesse

  • La stupidité autoritaire

  • Déchets nucléaires : il faut que l’État cesse de mentir

  • VIDÉO - À Notre-Dame-des-Landes, la fête de la victoire

  • Découvrir Murray Bookchin, l’écologiste anarchiste

  • Greenpeace : « On veut diviser par deux la consommation de viande et de produits laitiers »

  • Rajagopal : « Pourquoi ne comprenez-vous pas que la justice est plus importante que le profit et la croissance ? »

  • Notre-Dame-des-Landes : et maintenant, gagner la bataille de la paix

  • Bruno Latour : « Défendre la nature : on bâille. Défendre les territoires : on se bouge »

  • L’indépendance, c’est simple : dire non aux puissants, non au mensonge, et s’en remettre au lecteur

  • La centrale de Fessenheim fermera fin 2018

  • Celles qui ont révélé les « Monsanto papers » racontent comment Monsanto triche

  • Débat radio : comment agir face à l’urgence climatique ?

  • Benoît Hamon : « La gauche doit se saisir de la révolution numérique pour en faire un progrès social et humain »

  • Hydrocarbures : le gouvernement a plié devant les intérêts miniers

  • Dix ans après, plus que jamais d’actualité

  • La France insoumise veut s’enraciner dans l’écologie et dans les quartiers populaires

  • 1 % contre les 99 % ? Pas si simple !

  • La suffisante bêtise de M. Macron

  • Ecologie politique, année zéro

  • Le sortilège oligarchique

  • Mr. Trump’s decision on climate threatens world peace

  • La décision de M. Trump de sortir de l’accord de Paris menace la paix du monde

  • Conserver les semences : dans un coffre-fort ou dans la nature ?

  • Bonne chance, Nicolas Hulot

  • Macron, le président du vieux monde

  • « Un essai prenant, incisif et ancré dans l’actualité »

  • Miguel Benasayag : « Le transhumanisme prépare un monde d’apartheid »

  • David Cormand : « La France insoumise a le pouvoir d’empêcher que Macron soit majoritaire à l’Assemblée »

  • La faillite du parti écologiste

  • Danielle Simonnet : « Avec Jean-Luc Mélenchon, nous voulons changer le système »

  • Pierre Rabhi : « Il faut que l’humanité prenne conscience de son inconscience »

  • Pour rouvrir l’avenir, il faut que le PS disparaisse

  • Mélenchon et Hamon : l’enjeu de leur duel

  • Quand nous serons les arbres, les roches, et les oiseaux

  • Nous sommes entrés dans l’anthropocène, affirment des minéralogistes

  • L’asphyxie paradoxale du parti écologiste

  • Entretien avec Barbara Romagnan : « Nous avons à recomposer la gauche »

  • Trois propositions pour changer la donne

  • Ouest-France : « Un essai combatif »

  • Hamon, Jadot, Mélenchon, unissez-vous !

  • La tactique perverse de Manuel Valls contre Benoît Hamon

  • La double surprise Hamon

  • La classe dirigeante la plus stupide de l’histoire

  • La langue de la glaise et des étoiles

  • L’étrange façon de lire du prévisible Laurent Joffrin