Orano condamné en justice pour mauvaise gestion des déchets de Pierrelatte

Durée de lecture : 2 minutes

5 février 2020

En mars 2018, des problèmes de mauvaise gestion des déchets avaient été détectés lors d’une inspection de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) sur deux usines situées sur le site de Pierrelatte gérées par Orano. Suite à l’action en justice menée par le Réseau « Sortir du nucléaire » et Frapna Drôme Nature Environnement, le tribunal de police de Valence a condamné, ce mardi 4 février, Orano Cycle à 11.000 euros d’amende.

Lors de son inspection des usines TU 5 et W de Pierrelatte, qui traitent des substances radioactives produites par les opérations d’enrichissement de l’uranium et de retraitement du combustible usé, l’ASN a constaté des « problèmes inquiétants de mauvaise gestion des déchets », rapporte le réseau Sortir du nucléaire dans son communiqué. Entre autres, « que les agents n’étaient pas avertis de la présence sur le site de certains déchets présentant des risques cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques. Certains registres n’indiquaient pas plusieurs informations essentielles sur les déchets stockés, qu’il s’agisse de leur localisation, de leur quantité ou de leur nature (radioactifs ou conventionnels). À certains endroits, les pictogrammes indiquant le danger n’étaient pas apposés ».

« Cette situation reflète une organisation du travail où la sûreté n’est pas la priorité, et qui met en danger les travailleurs et l’environnement », a dénoncé le réseau Sortir du nucléaire. Le 27 février 2019, ce dernier a cité directement Orano Cycle devant le tribunal de police de Valence. Frapna Drôme Nature Environnement s’est ensuite portée partie civile. C’est suite à une audience qui s’est déroulée le 1er octobre 2019 qu’Orano Cycle a été reconnue coupable de deux infractions et condamnée à verser 11.000 euros.

  • Source : Réseau Sortir du nucléaire


Lire aussi : Enquête dans la centrale la plus dangereuse de France


21 février 2020
Mille scientifiques l’affirment : « Face à la crise écologique, la rébellion est nécessaire »
Lire sur reporterre.net
20 février 2020
Fin d’un permis de recherches d’hydrocarbures : le gouvernement accusé de double jeu
Lire sur reporterre.net
20 février 2020
Le jaguar, l’éléphant d’Asie et le requin océanique seront mieux protégés
Lire sur reporterre.net
20 février 2020
Contre l’extension de l’aéroport de Roissy, 15 associations déposent un recours
Lire sur reporterre.net
20 février 2020
L214 dévoile une nouvelle vidéo choc, tournée dans un abattoir de veaux
Lire sur reporterre.net
20 février 2020
La limitation d’Airbnb devient un enjeu des municipales à Paris
Lire sur reporterre.net
19 février 2020
L’épidémie de coronavirus fait baisser les émissions de CO2 de la Chine de 25 %
Lire sur reporterre.net
19 février 2020
Pollution radioactive de la Loire : une plainte déposée contre EDF et contre X
Lire sur reporterre.net
19 février 2020
Un kit pédagogique sur les poissons « oublie » le problème de la surpêche
Lire sur reporterre.net
19 février 2020
Élisabeth Borne stigmatise « le développement anarchique » des éoliennes
Lire sur reporterre.net
18 février 2020
Les fongicides dans l’eau potable aggraveraient la maladie d’Alzheimer, selon des chercheurs du CNRS
Lire sur reporterre.net
18 février 2020
Le gouvernement veut que la chasse commence deux mois plus tôt
Lire sur reporterre.net
18 février 2020
De nombreux pesticides ont été mesurés dans l’air
Lire sur reporterre.net
18 février 2020
Pour protéger le climat et la biodiversité, une autre politique forestière est nécessaire, assure un rapport
Lire sur reporterre.net
17 février 2020
Les associations écologistes dénoncent des « actions violentes » de la FNSEA
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Déchets nucléaires

21 février 2020
Qu’est-ce que l’écologie du XXIe siècle ?
1 minute, 1 question
21 février 2020
Coronavirus : « Ne stigmatisons pas les chauves-souris »
Info
20 février 2020
Pour soutenir la pêche locale, vive la vente directe
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Déchets nucléaires