Pour le climat, il y aura « un avant et un après coronavirus »

Durée de lecture : 7 minutes

17 mars 2020 / Gaspard d’Allens (Reporterre)



En ralentissant l’activité économique, la pandémie de coronavirus baisse aussi les émissions de gaz à effet de serre et la pollution atmosphérique. Mais le répit pourrait n’être que de courte durée... À moins que la situation provoque une prise de conscience inédite.

Populations confinées, usines à l’arrêt, transports paralysés… Le coronavirus pèse sur l’économie mondiale et grippe l’activité industrielle avec, comme corollaire inattendu, une chute des émissions de gaz à effet de serre. C’est sans doute l’un des rares effets positifs de la crise sanitaire : dans de nombreux pays, la pollution de l’air a considérablement diminué, offrant à la planète un bref moment de répit.

Ce phénomène est particulièrement visible en Chine, le berceau de l’épidémie, où plusieurs instances scientifiques ont scruté, depuis l’espace et à travers les données récoltées par leurs satellites, les évolutions du taux de particules fines et de polluants dans l’atmosphère. Leur constat est sans appel.

En janvier et février dernier, la concentration de dioxyde d’azote (NO2), un gaz très toxique émis par les véhicules et les sites industriels, a diminué de 30 % à 50 % dans les grandes villes chinoises par rapport à la même période en 2019. Le taux de monoxyde de carbone (CO) a, quant à lui, baissé de 10 % à 45 % dans toute la région entre Wuhan et Beijing. Les niveaux de particules fines ont aussi chuté de 20 % à 30 % en février par rapport aux trois années précédentes.

Depuis décembre, l’économie chinoise tourne au ralenti et consomme moins de charbon, de pétrole et d’acier. Le pays a ainsi vu ses émissions de gaz à effet de serre s’effondrer d’au moins un quart entre le 3 février et le 1er mars comparé à 2019, selon une estimation du Centre de recherche sur l’énergie et la qualité de l’air. L’épidémie aurait conduit à une réduction de 200 millions de tonnes de rejets de CO2, ont calculé les chercheurs.

« Les émissions de polluants sont intimement liées à l’activité économique, dit à Reporterre le climatologue Philippe Ciais. Si la croissance s’arrête subitement comme en ce moment, on baisse directement les émissions. C’est logique. L’épisode du coronavirus nous apporte une preuve élémentaire face aux climatosceptiques et tous ceux qui croient encore qu’il n’existe pas de corrélation entre les activités humaines et le taux de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. »

« La réduction de la pollution de l’air en Chine a probablement sauvé bien plus de vie que le coronavirus en a tué »

Sur les images des satellites, l’évolution de la concentration du dioxyde d’azote est particulièrement frappante. Le nuage orange qui flotte d’ordinaire au-dessus des villes chinoises a entièrement disparu après un mois de mesures restrictives et de confinement. « C’est spectaculaire. L’ampleur est inédite, explique Philippe Ciais. La lutte contre le coronavirus a transformé radicalement l’air respiré par les Chinois. »

C’est tout le paradoxe de la situation actuelle. Pour plusieurs scientifiques, l’épidémie aurait indirectement sauvé des vies. « Les mesures de confinement et de ralentissement économique, en Chine, sont de bonnes nouvelles de santé publique, souligne le chercheur François Gemenne. Le nombre de vies épargnées grâce à la baisse de la pollution atmosphérique est plus important que le nombre de morts causés par le coronavirus. »

Il y a eu pour l’instant, en Chine, 3.500 décès liés au coronavirus tandis que la pollution atmosphérique tue en moyenne chaque année 1,1 million de personnes dans le pays, en proie à de violentes périodes « d’airpocalypse ».

Un chercheur de l’université Stanford, en Californie, Marshall Burke, a fait différents calculs. Il estime notamment que l’amélioration de la qualité de l’air en Chine a sauvé la vie de 4.000 enfants de moins de cinq ans et de 73.000 personnes âgées. « La réduction de la pollution en Chine a probablement sauvé vingt fois plus de vies que celles qui ont été perdues en raison du virus », écrit-il sur le site web G-Feed, un groupe de travail sur la société et l’environnement.

Beijing (Pékin) souffre d’une pollution atmosphérique majeure.

Le constat d’une baisse des émissions de gaz à effet de serre et des particules fines n’est pas spécifique à la Chine. Il s’observe dans plusieurs régions du monde et notamment en Italie. Dans la vallée industrielle du Pô, dans le nord de la péninsule, la chute des émissions de dioxyde d’azote est considérable.

Dans un communiqué publié vendredi 13 mars 2020, l’Agence spatiale européenne écrit que, « bien qu’il puisse y avoir de légères variations dans les données en raison de la couverture nuageuse et des changements météorologiques, nous pensons que la réduction des émissions coïncide avec la mise en confinement de l’Italie, la diminution du trafic et des activités industrielles ».

« Les conséquences de la récession sur les investissements écologiques »

Même s’il est encore trop tôt pour l’affirmer publiquement, plusieurs scientifiques, interrogées par Reporterre, s’accordent sur l’idée que les émissions de CO2 au niveau mondial vont baisser à court terme du fait du ralentissement économique. En février 2020, le trafic aérien a diminué de 4,3 %, en raison de l’annulation de dizaines de milliers de vols vers les zones touchées par la pandémie. Cette tendance va s’accroître avec les récentes annonces de Donald Trump et de l’Union européenne, qui ferment leurs frontières. Ces derniers jours, plusieurs dirigeants politiques, comme Emmanuel Macron, ont aussi plaidé pour une nécessaire relocalisation de l’activité productive.

« Le coronavirus peut avoir plusieurs conséquences indirectes et difficilement mesurables sur les émissions de gaz à effet de serre, estime le chercheur François Gemenne. En écornant le bilan économique de Donald Trump, par exemple, l’épidémie peut participer à sa défaite électorale. Ce qui serait plutôt une bonne chose pour le climat. »

Contacté par Reporterre, le scientifique Hervé Le Treut nuance l’idée d’une future embellie climatique. « On est encore loin d’inverser la courbe. Les émissions ont continué d’augmenter ces dernières années. Le changement climatique est lié à l’accumulation de gaz à effet de serre produits depuis plusieurs décennies, ce n’est pas quelques jours ou mois de pause qui changeront le phénomène. C’est complètement marginal. »

Surtout, la relance qui suivrait la pandémie pourrait s’avérer particulièrement polluante, comme en 2008 au sortir de la crise financière, où on avait assisté à un rebond des émissions. La Chine pourrait rouvrir ses usines à charbon et les différents gouvernements faire le choix d’investissements dans les énergies fossiles pour relancer l’activité économique le plus rapidement possible.

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) s’attend à ce que les retombées économiques du Covid-19 réduisent la demande mondiale de pétrole pour l’année à venir, mais son directeur exécutif, Fatih Birol, s’inquiète aussi des « conséquences de la récession sur les investissements écologiques. La crise pourrait compromettre la transition vers des énergies propres », alerte-t-il dans The Guardian.

« Il existe encore beaucoup d’incertitudes », juge, prudemment, le climatologue Hervé le Treut, avant d’affirmer qu’« il y aura un avant et un après coronavirus d’un point de vue climatique. L’épidémie et les mesures prises à son encontre vont créer un choc psychologique dans nos sociétés. L’épisode que nous allons vivre ne va pas nous laisser indemnes. Il aura des conséquences sur les politiques environnementales à venir, prévoit-il. Le déni envers le coronavirus et le changement climatique est finalement assez similaire, c’est toujours face à la catastrophe que nous réagissons en urgence. »





Source : Gaspard d’Allens pour Reporterre

Photos :
. chapô : densités de dioxyde d’azote dans l’atmosphère du 1er au 20 janvier et du 10 au 25 février. © Nasa
. graphiques : Latmos/CNRS
. pollution en Chine : Wikipedia (Kentaro IEMOTO/CC BY-SA 2.0)

DOSSIER    Covid-19

THEMATIQUE    Climat Nature
26 novembre 2020
Au lieu d’un moratoire, l’État lance une mission… pour multiplier les entrepôts Amazon
Enquête
18 novembre 2020
Locataires et précaires, grands oubliés de la rénovation
Enquête
22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Covid-19



Sur les mêmes thèmes       Climat Nature