« Protégée » par les avions, une communauté renoue en Corse avec la nature

Durée de lecture : 5 minutes

2 janvier 2015 / Michel Bernard (Silence)

En Corse du Sud, dans la région de Bonifacio, une petite communauté paysanne mène discrètement depuis trente ans une vie simple et en lien avec la nature, protégée des pressions immobilières par un couloir aérien.


Reinhard Treder, sa compagne Maria et son fils arrivent dans la région en 1983 après quelques expériences communautaires antérieures. Les premiers terrains sur lesquels ils s’installent leur sont prêtés. Ils ne sont pas constructibles car ils se trouvent dans l’axe de l’aéroport de Figari Sud-Corse : des avions passent régulièrement au-dessus de leur têtes. « Deux univers cohabitent, mais un seul connaît l’existence de l’autre ».

D’énormes éboulements de granit ont laissé, en bordure des champs, un paysage chaotique avec quelques grottes. C’est dans ces grottes et quelques cabanes que s’installent différentes personnes, au départ majoritairement allemandes. Le nombre de personnes qui vit sur place varie avec le temps et selon les saisons (pas plus d’une douzaine au creux de l’hiver).

Après quelques années de tâtonnement, en 1994, le groupe décide de fonctionner en communauté et de partager ses ressources : il s’agit de « bien vivre ensemble dans le partage des biens ». Ils défrichent et mettent en culture plusieurs potagers dissiminés entre les blocs de granit, et entretiennent quelques prairies pour une surface totale de huit hectares. Leur vie est sobre : ils ont l’eau courante mais pas l’électricité. Quelques activités externes à la communauté permettent de disposer du peu d’argent que nécessite un tel mode de vie.

- Reinhard Treder -

Une communauté paysanne

La situation du foncier au départ est assez floue. Une procédure est engagée contre eux qui se terminent par une expulsion en 2008. Il est heureusement possible de se réinstaller sur une parcelle voisine et la générosité des habitants des villages, des voisins et de l’association Droits Paysans leur permet de reconstruire un lieu de vie paisible.

Aujourd’hui, six personnes vivent sur place à l’année. Reinhard Treder, âgé de 73 ans, est la mémoire du lieu. Andy, paysagiste, allemand, 46 ans, travaille à l’extérieur et vit ici depuis 7 ans. Jule, allemande, 34 ans, avec son fils Kisaja, 12 ans, se sont installés il y a quatre ans. Elle est apprentie chamane et seule végétariene. Elise, 30 ans, et Romain, 29 ans, en couple depuis sept ans, sont arrivés en février 2014 initialement pour un stage en wwoofing (1) et ont décidé de rester. Elise développe une activité de bijouterie. Les conversations se tiennent en français, allemand et anglais.

Des cercles de parole se déroulent une fois par semaine. C’est l’occasion de dire son humeur, de parler de ce qui fonctionne et de ce qui coince, d’organiser le planning de travail. Les repas sont un autre moment collectif. Sinon, chacun dispose de temps et d’espace privés.

- Jule et Elise -

Tous les travaux agricoles sont faits à la main : fauchage du foin, tonte des brebis, préparation du sol et des espaces de culture, bois de chauffage, moulure du grain pour la farine et fabrication hebdomadaire du pain… Les chantiers les plus importants, comme le nettoyage de la bergerie ou le défrichage d’une nouvelle parcelle, se font collectivement.

Randonner, aller à la rivière, à la plage, faire du bateau sont aussi des moments collectifs. Ici, la notion de « travail » n’a pas de raison d’être : il y a des tâches à faire tous les jours. Il n’y a pas de vacances, car peut-être sont-ils tout le temps en vacances.

Une vie entre les arbres et les rochers

Il y aujourd’hui des cabanes, une yourte, une caravane et une kerterre (2). Kisaja dispose de sa propre cabane perchée dans un arbre. Jule, sa mère, vit dans la yourte en hiver et dans une grotte en été. Une cabane sert de salon et de cuisine pour tous, les autres ont des chambres privées.

Outre les huit hectares dont il est officiellement locataire, le groupe entretient près de cinquante hectares de prairies et y garde des troupeaux de brebis et de vaches. Au fil des ans, les sols des potagers ont été enrichis et les arbres fruitiers se sont multipliés, offrant quantité de fruits. Une cave permet le stockage de nombreuses conserves pour passer la saison hivernale. Les essaims d’abeilles ont été détruits par le varroa et ils vont essayer de recommencer à implanter des ruches. Dans le temps, le nombre de bêtes (brebis, canards, poules) a varié.

On observe quelques concessions à la technique moderne : un capteur photovoltaïque permet de recharger un téléphone portable. Un groupe électrogène au fioul alimente quelques machines-outils spécialisées, dont un tour à bois. Andy est le seul à disposer d’un véhicule à moteur.

- Reinhard, Romain, Andy, Elise et Jule -

L’expérience montre qu’une vie simple, en lien avec la nature, est possible. « Le monde du bruit et de la vitesse a permis localement le maintien d’un monde lent et silencieux, entre deux avions. » (3) Il y a toutefois une grande différence d’activités entre l’été, riche en visites, et l’hiver, qui reste rude. L’expérience a su se renouveler au fil du temps et est toujours prête à accueillir de nouveaux volontaires.


• Francischu, route de Bonifacio, 20131 Pianottoli-Caldarello, tél : 06 47 46 23 99


NOTES

(1) Wwoof : réseau international de volontaires pour travailler dans des fermes biologiques. Les stagiaires travaillent à mi-temps en échange du gîte et du couvert, sans autre rémunération. www.wwoof.fr

(2) Construction circulaire en forme de dôme, dont la structure porteuse est en roseaux ou en bambou, lestée de terre. Le premier essai n’a pas fonctionné : le poids de la pluie après un orage avait provoqué l’effondrement du toit.

(3) Seulement trois ou quatre en dehors de la période touristique, mais jusqu’à une trentaine en été.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : Article transmis amicalement à Reporterre par la revue Silence.

Lire aussi : Irène et Fabrice, autonomes dans un havre de permaculture


Merci de soutenir Reporterre :

THEMATIQUE    Nature
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
13 septembre 2019
Train de nuit : le réveil se fait attendre
Enquête
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage


Sur les mêmes thèmes       Nature





Du même auteur       Michel Bernard (Silence)