Quel pain voulons-nous ? Le nouveau livre de la collection Reporterre

2 septembre 2016



Si bon, le pain, craquant, doré, artisanal : un aliment sain et quotidien. Mais derrière l’imagerie d’Epinal, une mutation silencieuse est en cours : une forme d’industrialisation qui banalise le pain. C’est l’enquête menée par Marie Astier dans ce livre ... croustillant.

Le pain est en France le symbole du produit simple et naturel. Qui songerait à demander à son boulanger de justifier la provenance de la farine ou la nature de la levure ?

Pourtant, la plupart des pains que nous mangeons sont le résultat d’une standardisation dangereuse pour le goût et notre santé. Depuis une dizaine d’années, l’industrialisation s’accélère sous la pression des grands moulins et des nouvelles chaînes de boulangeries.

Par une série de reportages vivants, Marie Astier explore les coulisses d’un univers méconnu, racontant les acteurs d’une longue chaîne allant du produit fini aux semences de blé. Pour la première fois, elle dresse le panorama des modes anciens et nouveaux de fabrication du pain : manipulations des farines, teneur et dosage du gluten, additifs et mélanges prêts à l’emploi qu’utilisent les boulangers, mais aussi modes de production alternatifs. Avec des surprises, car le mauvais pain n’est pas toujours celui qu’on croit.

Cette enquête inattendue nous fait découvrir les secrets d’un aliment aussi négligé qu’essentiel. Elle ouvre de croustillante façon le débat sur les nouvelles voies du bien-manger.

Marie Astier, née en 1987, est l’ un des piliers du quotidien en ligne Reporterre. Passionnée par les questions d’alimentation, elle met son métier au service de ses engagements.

  • Quel pain voulons-nous ?, Marie Astier, éd. Le Seuil-Reporterre, 12 €, 128 p.



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : La page du livre
DOSSIER    Alimentation

18 janvier 2017
Les réacteurs nucléaires ont redémarré au détriment de la sûreté
Info
17 janvier 2017
Le traité CETA est une arme pour ouvrir l’Europe aux OGM
Tribune
18 janvier 2017
Nucléaire : à 19 h, on les allume !
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Alimentation