Quelques images des Indignés de Madrid

Durée de lecture : 1 minute

14 décembre 2011 / Reporterre

« Ils ne nous représentent pas », à propos des parlementaires et autres élus. A Madrid, le mouvement des Indignés - qu’on appelle ici le « Mouvement du 15 mai », de la date de première occupation de la place de la Puerta del Sol, le 15 mai 2011 -, est toujours actif. Voici quelques affiches qui en témoignent.


Photographies prises à la Faculté de Sciences Politiques de l’Université de Madrid.

« Jeunesse sans futur
Sans maison
Sans boulot
Sans retraite
Sans peur »

« A bas le r€gime PPSOE »
PP pour Parti Populaire (droite), PSOE pour Parti socialiste.
En France, on dirait le « régime UMPS ».

« Ils rachètent les banques
Ils ruinent les écoles.

 »Banquiers et politiciens : enlevez vos mains des services publics !

« Reste indigné
sur www.juventudsinfuturo.org »

Quelques adresses internet...

Peinture murale dans la cafétéria, peinte avant que ne commence le Mouvement du 15 Mai.

A gauche, « Exclusion sociale », à droite, « Prison ».

Peinture murale dans la cafétéria, peinte avant que ne commence le Mouvement du 15 Mai.

« Je te veux libre.

 »Assemblée féministe, avril 2009"



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Reporterre

Photos : Reporterre.

Lire aussi : Les Indignés délibèrent de la Déclaration des droits de l’homme

25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête




Du même auteur       Reporterre