Qui sommes-nous ?

Durée de lecture : 3 minutes

25 février 2013

Son histoire

En 1989, Reporterre avait été le premier magazine sur l’écologie à paraître depuis La Gueule Ouverte et Le Sauvage, dans les années 1970. Sa parution témoignait du réveil de l’écologie en France. Lancé par une équipe animée par Hervé Kempf, il vendait en moyenne 26 000 exemplaires par mois et a compté 4 400 abonnés payants. Mais l’insuffisance de ses moyens financiers l’a obligé à s’interrompre.

La relance sur Internet

En 2006, Reporterre est relancé sur internet, afin d’informer sur les liens entre la crise écologique, les injustices sociales et les menaces sur les libertés. D’abord très modeste, le site a grandi doucement, en commençant à publier des enquêtes ou des entretiens exclusifs.

La maquette actuelle a été mise en place en janvier 2008, à l’occasion de l’adaptation du site au logiciel libre SPIP.

Début 2013, une association s’est constituée pour structurer le site, l’animer collectivement et le développer : c’est La Pile (Association pour une presse indépendante, libre et écologique). Elle est présidée par Olivier Mugler. Le rédacteur en chef du site est Hervé Kempf.

La ligne de Reporterre

Le « quotidien de l’écologie » veut proposer des informations claires et pertinentes sur l’écologie dans toutes ses dimensions, ainsi qu’un espace de tribunes pour réfléchir et débattre. Dans toutes ses dimensions signifie que pour nous, l’écologie est politique, et ne peut se réduire à des questions de nature et de pollution - même si nous suivons attentivement ces questions vitales. L’écologie engage le destin commun, engage l’avenir, sa situation découle largement des rapports sociaux : c’est donc bien une écologie politique et sociale que Reporterre présente et discute.

Impartial et non partisan, Reporterre est en empathie avec les mouvements écologiste, altermondialiste, et alternatif. Sa vision de la situation présente de la planète est que la crise écologique en est le problème fondamental.

Il entend aussi relayer toutes les initiatives qui montrent que les alternatives au système dominant sont possibles et réalistes.

Fonctionnement éditorial

Reporterre produit des contenus propres rédigés par ses collaborateurs réguliers ou amis.

Il accueille aussi des textes provenant d’autres sources, et notamment des associations et des citoyens, parce qu’il considère que la société civile produit beaucoup d’informations intéressantes, même si elles ne sont pas présentées selon les codes techniques (et au demeurant nécessaires) du journalisme. Ces textes ne sont pas modifiés, sauf à la marge, par exemple pour l’orthographe. La source d’origine est toujours spécifiée à la fin de l’article, et c’est elle qui fait foi. Titres et chapôs sont de la responsabilité de Reporterre.

La signature des articles indique leur origine. Si le nom de l’auteur est suivi de la mention (Reporterre), cela signifie que l’article a été écrit par le site ou à sa demande. Nous en assumons la pleine responsabilité.

Reporterre publie de nombreux textes parce qu’ils sont utiles à l’information et à la réflexion, mais il ne partage pas nécessairement leur point de vue.

Commentaires

Pas de forum, pour l’instant, sur Reporterre. Pourquoi ? Parce que cela requiert du temps à gérer, lire, modérer, etc. Et le temps disponible, qui est notre ressource la plus rare, on veut le consacrer à la recherche et à l’édition d’informations.

Les courriels de commentaires et autres suggestions, envoyés à planete (arobase) reporterre.net sont lus attentivement. On y répond autant que possible. Mais pour s’exprimer sur Reporterre, le mieux est d’écrire des textes réfléchis et soupesés que l’on sera ravis de publier en Tribunes...

Reprise des articles

La reprise des articles de Reporterre est libre, les sites repreneurs étant invités à respecter les règles de Creative Commons. Licences choisies : « Paternité », « Pas d’utilisation commerciale », « Pas de modification ».

Les photographies réalisées par des journalistes pour Reporterre sont sous copyright et ne peuvent être reprises sans demande préalable.

Le logo

Lire Un nouveau logo pour Reporterre

Contact

Adresse : La Pile, 60 rue des Vignoles, 75020 Paris.

Contact électronique : planete (arobase) reporterre.net

Compte twitter : @reporterre

Lire aussi : La vie de Reporterre.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
13 septembre 2019
Train de nuit : le réveil se fait attendre
Enquête
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage