Rebondissement dans le match PSG-Grignon : le club abandonnerait la partie, mais... pas le Qatar

Durée de lecture : 4 minutes

19 mai 2016 / Barnabé Binctin (Reporterre)

Dans le dernier épisode du feuilleton du futur centre d’entraînement du PSG, le club champion de France abandonnerait l’occupation du site de Grignon, dans les Yvelines. En revanche, le château intéresserait toujours les Qatariens, pour en faire un hôtel de luxe. La fin de partie n’est pas encore sifflée.

Le PSG a beau enchaîner record sur record dans le championnat de France, il pourrait concéder une défaite importante en-dehors des terrains. Attachés au site de Grignon (Yvelines) pour y installer le futur nouveau centre d’entraînement du club, les dirigeants parisiens auraient été « singulièrement refroidis par la fronde des riverains et des écologistes », selon le journal Le Parisien daté du 6 mai dernier.

En conséquence, le PSG se rabattrait sur Poissy, où les Terrasses de Poncy sont toujours en attente d’un projet urbanistique. Cette alternative est proposée depuis plusieurs mois et éviterait le massacre promis à l’incroyable patrimoine agricole, fossilifère et historique du site sur lequel vivent actuellement les étudiants en première année d’AgroParisTech et des chercheurs de l’Inra. L’information a depuis été reprise par la presse nationale (comme le JDD, ici, et sportive (L’Équipe, ici, qui annoncent l’officialisation de la décision parisienne pour les prochaines semaines).

Le projet de centre d’entraînement du PSG sur le site des Terrasses de Poncy, à Poissy.

Des éléments à considérer avec précaution, tant les retards se sont accumulés dans ce dossier ouvert depuis près de quatre ans. Le choix de l’emplacement final ne cesse d’être reporté, alors qu’il était initialement attendu en mars, puis à la mi-avril. Contacté par Reporterre, David Douillet, le député de la circonscription — et fervent défenseur du projet de Poissy —, indique n’avoir aucune information supplémentaire. Au cabinet du ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, on parle de « rumeurs » diffusées par la presse, « impossibles à confirmer ». Le ministère de l’Agriculture, chargé de la vente du domaine de Grignon, garantit toutefois n’avoir reçu aucune offre du PSG — ni d’aucun autre acheteur potentiel. « Ce qui peut être de nature à accréditer l’hypothèse que [les dirigeants du club parisien] cherchent d’autres pistes », admet-on.

Du côté des opposants, on reconnaît « un tournant dans l’affaire » : Frédéric Délaméa, membre du collectif pour le futur du site de Grignon (CFSG) qui fédère l’opposition au projet de vente du site au privé. Mais le collectif reste prudent : « Une hirondelle à Poissy ne fait pas le printemps à Grignon », mettait en garde le CFSG sur son blog Mediapart, il y a quelques jours.

Résidence de prestige pour villégiature de stars 

Car ce changement de plan pourrait être une fausse bonne nouvelle : lundi 15 mai, Le Figaro révélait que les Qatariens, propriétaires du PSG, envisageaient de débourser jusqu’à 55 millions d’euros pour racheter le château de Thiverval-Grignon et en faire un lieu d’accueil pour leurs « invités de marque » (lien payant). À peine sauvé des pelouses synthétiques, voici donc que le domaine de Grignon est imaginé en résidence de prestige pour villégiature de stars. Un plan B qui constituerait « une aubaine pour l’État qui pourrait se passer de toute procédure d’appel d’offres », rapporte d’ailleurs un spécialiste dans le quotidien national.

Les dépendances du château de Thiverval-Grignon et le château lui-même (à l’arrière-plan).

Ces informations sont jugées crédibles par les opposants, pour qui ce risque est « non moins préoccupant » : « Les millions d’euros de la vente de Grignon sont très attendus pour financer Saclay [1], donc c’est une alternative très intéressante pour l’État puisqu’elle est potentiellement moins polémique sur la défiguration du site », avance Cyril Girardin, ingénieur CGT de l’Inra-Grignon. L’intérêt de opération deviendrait plus immobilier que sportif : « Le Qatar bénéficie d’une exonération d’impôts sur toutes les plus-values de ses biens acquis en France ; on peut imaginer les propriétaires revendre chèrement ce bien dans quelques années, après la coupe du monde de football du Qatar prévue en 2022 », pense le trésorier du CFSG, qui énumère les nombreuses propriétés achetées par l’émirat ces dernières années.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre


[1Paris-Saclay est un pôle scientifique et technologique en cours d’aménagement à vingt kilomètres au sud de Paris.


Lire aussi : Face aux alternatives, le PSG pourrait perdre à Grignon

Source : Barnabé Binctin pour Reporterre

Photos :
. Terrasses de Poncy : Vivons notre ville Poissy
. château : © Romain Guédé/Reporterre

DOSSIER    Grands Projets inutiles

20 novembre 2019
Les plastiques sont-ils toujours toxiques pour les organismes marins ?
20 novembre 2019
Froid, insalubre et désolé : le quotidien de 450 jeunes exilés dans un collège lyonnais
20 novembre 2019
« Face au catastrophisme, c’est à partir du local qu’on aura du positif »


Dans les mêmes dossiers       Grands Projets inutiles





Du même auteur       Barnabé Binctin (Reporterre)