Recettes et idées pour un Noël écologique

Durée de lecture : 4 minutes

21 décembre 2013 / Olivia Desmoines


Pour la neuvième année consécutive, le Collectif Vivre Autrement propose un Noël alternatif, moins polluant et plus respectueux de la planète en faisant le pari qu’échapper à la surconsommation peut être source de joie. Cette année, il propose un accompagnement aux personnes désireuses de changer leurs habitudes, sous forme d’un livret au titre provocateur : Noël sans cadeaux...mais avec joie, simplicité, imagination fête. Diffusé essentiellement par le bouche à oreille, ce livret est en train de remporter un beau succès avec huit mille exemplaires vendus en moins de deux mois dans seulement deux librairies et par commande téléphonique. Ceci démontre qu’il existe une vraie attente de pratiques alternatives pour ce rendez-vous très paradoxal qu’est Noël, entre spiritualité et ripaille, où toujours plus de personnes décident de questionner leurs pratiques.

Collectif vivre autrement qu’est-ce que c’est ?

Le Collectif Vivre Autrement est composé de vingt-quatre associations chrétiennes (protestantes et catholiques) des plus variées : scouts et éclaireurs, associations de femmes, mouvements ruraux ou associations de solidarité.... Elles se réunissent chaque année pour inventer ensemble un message alternatif aux injonctions de consommations véhiculées par la publicité. Durant huit ans, des messages ont été diffusés par affichage : « Ne prenons pas noël pour une dinde » ; « Arrêtons l’hyper noël » ; « Offrons-nous un avenir », etc.

Cette année, le livret propose treize fiches pratiques issues d’un sélection d’expériences collectés par les rédacteurs, le jeune mouvement chrétien écolo : Chrétiens unis pour la terre, mais aussi des textes de réflexion, des témoignages...

Les cadeaux de Noël, une coutume très récente

D’après l’anthropologue Martyne Perrot, citée dans le livret, Noël n’est synonyme de cadeaux et de grande fête familiale que depuis le XIXe siècle. La coutume est née chez la bourgeoisie anglaise et a été diffusée par les grand magasins. Le collectif parie donc sur un noël de « libération », où l’on choisirait ce qui est à garder ou à laisser dans cette tradition.

Des idées concrètes

- En préparation du 24 décembre : Le livret explique comment fabriquer des cadeaux ou des décorations comestibles à la maison, par exemple des bonhommes en pain d’épice à suspendre dans la maison...puis à manger ; il montre comment fabriquer un sapin avec ces bouchons en liège que beaucoup gardent « au cas où » mais dont on ne sait que faire...et bien d’autres astuces écolo.

- Des idées pour le jour « j » : Le dernier chapitre, intitulé « célébrer sans blesser » propose des recettes pour un repas de Noël végétarien… et appétissant ! En effet, si même de grands chefs dénoncent aujourd’hui le gavage des animaux, l’opinion majoritaire considère toujours que rien n’est aussi bon et festif qu’une tartine de foie gras ou qu’une dinde farcie. Avec son entrée composée de Tartines de faux-gras (un foi gras végétal), ou de Trévise en aumônière, son plat de Rôti de noix ou son Soufflé de Noël, ou sa Buche roulée bio, le livret veut faire rimer éthique et hédonisme.

Pour le 25, il est proposé de ne pas réduire la journée au déballage et au repas, mais d’employer un partie de la journée dans un activité collective et belle, comme « planter un arbre ensemble ». Ce geste à forte dimension symbolique est en outre partageable entre personnes aux convictions hétérogènes.

C’est aussi l’occasion d’expérimenter des jeux coopératifs comme le Tao où les joueurs s’accompagnent mutuellement dans leurs quêtes.

Enfin, on suggère de présenter et de soutenir ensemble des projets allant dans le sens de la transition écologique, comme la conversion d’un monastère français à l’agriculture biologique, un projet agroécologique de plantation de baies en Sibérie ou un carré de forêt amazonienne à protéger.


- Plus d’info sur Collectif vivre autrement

- Commandes auprès de Pax christi : 01 44 49 06 36 ( 2€ l’unité puis dégressif).

- En téléchargement.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Olivia Desmoines pour Reporterre.


Une idée que le livret n’a pas pu intégrer : aider l’information libre sur l’écologie et Reporterre :

16 novembre 2019
Au Brésil, la marée noire dévaste les côtes et le gouvernement ne fait rien
15 novembre 2019
Porté par son succès, le vin naturel affirme sa dissidence
16 novembre 2019
Les Gilets jaunes ont forcé la mue sociale du mouvement écologiste




Du même auteur       Olivia Desmoines