Rencontre de Reporterre : A Marseille, le 4 novembre, on rappe sur le climat

Durée de lecture : 1 minute

31 octobre 2015

« Le climat, ce n’est pas un sujet que je connais bien », prévient humblement Nasser, 16 ans, avant d’écrire un paragraphe entier de rap « conscient » sur ce thème difficile. Comme la plupart de ses camarades de l’atelier d’écriture du centre social l’Agora, à la Busserine, dans les quartiers Nord de Marseille, Nasser se sent pousser des ailes quand il s’agit de coucher ses idées sur le papier. « Le rap, c’est bien pour parler, ça permet de dire et d’écrire ce qu’on ressent », observent quant à eux Salim, 18 ans, et Rioid, 16 ans.

Entourés d’Aurélie Moulin, leur animatrice dévouée, Hatem, Rioid, Naïma, Nasser, Hakim, Salim, Pierre et Makler auront eu besoin de moins de quatre séances de création libre pour enregistrer et tourner le morceau que vous pouvez découvrir ici :

Ecouter le clip

"Je survole la Terre et je vois..." - Rap et changement climatique from Reporterre on Vimeo.

Épatée par la créativité de ces jeunes, l’équipe de Reporterre a lancé, suivi et soutenu cet atelier qui s’inscrit dans son projet « Climat et quartier populaires » (lire ici le récit de l’atelier et les paroles de la chanson).

Les jeunes du centre social vous invitent à venir voir leur clip sur grand écran et à en discuter, le mercredi 4 novembre, à 18 heures, au Centre social de la Busserine. La présentation de cette oeuvre originale sera suivie d’un atelier scientifique ludique animé par Les P’tits Débrouillards sur le réchauffement climatique. Nous conclurons la rencontre autour d’un buffet convivial.

Informations pratiques

Mercredi 4 novembre, à 18 heures
Centre social l’Agora, 34 rue de la Busserine, 13014 Marseille.
Train direct de la gare Saint-Charles avec arrêt à la station Picon-Busserine. Entrée libre et gratuite.



Lire aussi : A Marseille, les jeunes des cités rappent pour le climat

Reporterre donne la parole sur le climat à ceux qui n’ont jamais la parole. Le projet « Climat et quartiers populaires » est soutenu par la Fondation de France, par la Fondation La Luciole et par le Conseil régional d’Ile-de-France.

DOSSIER    Climat et quartiers populaires

14 novembre 2019
Une épicerie gratuite pour les étudiants qui ne mangent pas à leur faim
19 novembre 2019
« Si Julian Assange n’est pas protégé, cela marquera la fin des ­libertés individuelles »
19 novembre 2019
Les autochtones brésiliens accusent les multinationales d’incendier l’Amazonie


Dans les mêmes dossiers       Climat et quartiers populaires