Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Quotidien

Près de 80 % des eaux en bouteille contaminées par des microplastiques

Bouteille en plastique, illustration.

Vous reprendrez bien un peu de plastique avec votre eau ? Un rapport d’analyse publié par l’association Agir pour l’environnement, le 21 juillet, révèle que sur neuf bouteilles d’eau les plus vendues en France [1], sept contiennent des microplastiques.

Le nombre de microplastiques détectés est très variable. Certaines bouteilles ne contiennent « que » une microparticule par litre (bouteille Evian de 1,5 litre ; bouteille rouge Badoit de 1 litre), tandis que d’autres montrent la présence de 5 voire 8 microparticules par litre (respectivement bouteille Vittel de 1 litre et bouteille Cristaline de 1 litre). Le triste record est détenu par la Vittel Kids de 33 centilitres (destinée aux enfants) : 121 microparticules par litre.

Les principaux plastiques retrouvés sont le polypropylène, le polyéthylène et le polyéthylène terephtalate. Des résultats qui laissent présager une contamination via le bouchon ou capuchon. Seules deux bouteilles n’ont pas montré de microparticules : la Volvic de 0,5 litre et la Carrefour source Montclar de 33 centilitres.

Des résultats sous-estimés ?

Agir pour l’environnement souligne que les conditions strictes des analyses réalisées en laboratoire ont pu conduire à une sous-estimation des résultats. L’exposition d’une bouteille aux UV (soleil), à la chaleur, ou sa réutilisation, est susceptible d’empirer l’apparition de microparticules de plastique. En outre, le laboratoire mandaté n’était pas équipé pour détecter des particules dont la taille est inférieure à 10 micromètres.

Il faut savoir que le plastique ne se dégrade pas. Il se fragmente en microplastiques, puis en débris encore plus petits, les nanoplastiques. La taille minuscule des particules leur permet de s’infiltrer partout. Agir pour l’environnement rappelle qu’en moyenne, nous ingérons l’équivalent d’une carte de crédit (5 grammes de plastique) par semaine.

Nous ingérons l’équivalent d’une carte de crédit par semaine

« Si elle s’appuie sur des méthodes d’analyse rigoureuses et reconnues, cette enquête n’a pas de visée scientifique, précise l’association dans le rapport d’analyse. Elle vise avant tout à donner un aperçu de la réalité de la présence de microplastiques dans quelques eaux embouteillées fortement consommées en France. » Face à ce constat alarmant, Agir pour l’environnement réclame une interdiction des bouteilles en plastique d’ici la fin du quinquennat d’Emmanuel Macron, en 2027.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende