Un nouveau logo pour Reporterre

Durée de lecture : 1 minute

8 septembre 2013

Ca a changé, à la Une, vous l’avez sans doute remarqué. Voici la petite histoire de notre nouveau logo.

Un nouveau logo, depuis ce week-end :

Il a une petite histoire. Au printemps dernier, on s’est dit que le logo que l’on connaissait depuis 2006 avait besoin d’être rafraichi. C’est celui que vous avez connu jusqu’à samedi 8 septembre :

Comment faire ? On a passé une annonce à la Une du site. Angoisse. Les internautes graphistes allaient-ils répondre ? Eh bien oui, à notre grande surprise, on a reçu dix-huit propositions au fil des semaines.

Un grand, grand merci à toutes et à tous.

Les séances de choix par l’équipe ont été difficiles, croyez-le. Et puis, l’accord s’est fait sur la proposition de Lucas Wicky, qui a conduit au logo actuel. Il y a eu pas mal de travail de finition, par échange de courriels. En juin, Lucas a passé son bac - et il l’a eu ! Bravo ! Il n’est pas seulement bon en graphisme, il a cartonné au bac : 20 et 19 dans plein de matières ! Lucas est aussi membre des Jeunes écologistes.

Une séance nostalgie ? Il y a très longtemps, en 1989, le « magazine de l’environnement », sur papier, arborait ceci :

La prochaine étape ? Revoir la maquette du « quotidien de l’écologie ». Eh oui, on le sait bien, qu’elle est... ceci... et cela... pas top, c’est sûr.

Sa rénovation sera une des tâches des prochains mois.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Reporterre

Photo Compte tweeter de Lucas Wicky

Lire aussi : Qui sommes-nous ?

30 octobre 2019
Greenpeace cible Total à La Mède contre l’importation d’huile de palme
14 novembre 2019
Une épicerie gratuite pour les étudiants qui ne mangent pas à leur faim
15 novembre 2019
Une taxe carbone « juste » pour concilier justice fiscale et écologie