Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Agriculture

Une diminution énorme du nombre de fermes prévue en Europe d’ici 2040

Jeunes vaches laitières.

Quasiment trois fois moins de fermes dans l’Union européenne d’ici 2040. Tel est le sombre résultat d’une étude intitulée The Future of the European Farming Model, pour le Parlement européen. Elle a été publiée en avril et signalée par l’hebdomadaire professionnel La France agricole le 27 avril.

Selon l’étude, l’Union européenne pourrait perdre 6,4 millions d’exploitations d’ici 2040. Leur nombre passerait ainsi de 10,3 millions en 2016 à 3,9 millions. Principales victimes de cette extinction massive, les petites fermes de moins de 4 hectares des nouveaux États membres de l’est et du sud de l’Europe. La production, elle, se concentrerait dans de grandes exploitations intensives.

Lire aussi : La France a perdu 100 000 fermes en dix ans

Cette étude confirme une tendance déjà à l’œuvre. Le nombre de fermes avait déjà diminué d’un tiers entre 2003 et 2016, passant de 15 à 10 millions — avec déjà une surreprésentation des fermes de moins de 5 hectares dans les exploitations « disparues ». Et selon les auteurs de cette étude, la politique agricole commune (PAC) n’est pas étrangère à cet effondrement : « Sa répartition des fonds et des mesures est axée sur les questions économiques et favorise par conséquent les grandes exploitations intensives, aggravant le mouvement de concentration dicté par les forces du marché ». Quant aux mesures mises en œuvre pour pallier ce phénomène — zones défavorisées/zones soumises à des contraintes naturelles, paiement pour les petites exploitations et les jeunes agriculteurs —, « [elles] ne compensent pas cet effet en raison d’un mauvais ciblage ou de fonds insuffisants ».

Pour autant, ces disparitions ne sont pas inéluctables, jugent-ils. Pour les enrayer, ils encouragent à ouvrir les politiques agricoles à « une plus grande diversité des profils d’agriculteurs actuels et émergents ». En effet, jusqu’à présent, certains types de fermes, sociales ou urbaines, ne sont pas soutenus par la PAC, précise La France agricole. L’étude préconise « une révision générale de la politique agricole et une plus grande orientation vers les mesures de développement rural ».

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende