Une forêt exceptionnelle du Gard décimée pour fournir du bois de chauffage

Durée de lecture : 7 minutes

21 janvier 2020 / Association Frapna Ardèche



Elle date de la dernière période glaciaire, abrite une hêtraie méditerranéenne rare et une biodiversité riche... Et pourtant, la forêt de Valbonne (Gard) est en train d’être décimée afin de fournir du bois de chauffage. « La forêt est en danger », alerte une association, auteure de cette tribune.

Cette tribune est rédigée par la Frapna Ardèche (Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature), une association membre de la fédération France nature environnement.


Actualisation du 27 mai 2020 par la rédaction - Après plusieurs reports l’audience au tribunal de Nîmes a finalement pu se tenir le 20 mai 2020. Le tribunal a donné raison aux associations qui demandaient l’arrêt des coupes de l’ONF (office national des forêts). « Les attendus du Tribunal de Nîmes sont clairs et particulièrement détaillés, se félicite la Frapna. Dix pages dans lesquelles ce dernier reprend un à un l’ensemble des arguments de la Frapna Ardèche. Les coupes sont suspendues. Prochaine étape : la réécriture en commun d’un nouveau plan de gestion [de la forêt, NDLR], axé, nous l’espérons, sur l’intérêt général et non le profit immédiat. »


Actualisation du 22 janvier 2020 par la rédaction - L’audience au tribunal de Nîmes a été reportée en raison de la grève des avocats. La pétition atteint désormais plus de 6.000 signatures.


Tribune du 21 janvier 2020 - Une survivante. Rien de moins. La forêt de Valbonne, dans le Gard, est passée depuis l’ère glaciaire entre les gouttes du réchauffement climatique, des catastrophes naturelles et surtout de cette manie toujours vive chez les humains : abattre tout ce qui pousse. Aujourd’hui, le péril qui la menace mêle profits économiques et mauvaise gestion de l’Office national des forêts (ONF).

Pour mieux comprendre, rembobinons : cette forêt domaniale de plus de 1.380 hectares, nichée dans le nord du département du Gard, à la lisière de l’Ardèche, date de la dernière période glaciaire. Une partie de cette forêt est constituée par une hêtraie méditerranéenne, très rare. Le hêtre est une espèce qui a besoin d’une humidité atmosphérique assez forte et que l’on trouve dans les régions méditerranéennes au-dessus de 800 mètres. À Valbonne, le hêtre pousse bien plus bas. Les scientifiques ont longtemps pensé qu’elle avait été implantée par les moines de la Chartreuse auxquels elle appartenait depuis le XIIIe siècle, mais une étude du [CNRS|Centre national de la recherche scientifique] sur les charbons de bois fossiles prélevés dans les sols a montré qu’elle était beaucoup plus ancienne.

La forêt appartenait aux moines de la Chartreuse depuis le XIIIe siècle.

À l’époque des Romains il y avait ainsi des forêts de plaines un peu partout. Elles ont toutes été coupées par les humains et en l’an 1000, il n’en restait plus. Cette hêtraie est donc rarissime à plus d’un titre. Elle abrite une biodiversité riche, mêlant des espèces de milieu plus froid et d’autres méditerranéennes.

« Elle est une sorte de conservatoire, une ressource génétique intéressante pour les chercheurs »

Le lieu est composé également de forêts de chênes verts gérées avec respect depuis près d’un siècle, leur faisant atteindre un stade de maturité remarquable et de chênaies blanches à houx. Plus d’une dizaine d’espèces d’orchidées, de nombreux reptiles et amphibiens, oiseaux… ainsi qu’une végétation très diversifiée y ont été recensés. Cette faune et cette flore ne sont pas rares en soi, mais c’est leur présence à cet endroit qui est rare. Il est exceptionnel de voir ici l’érable à feuille d’obier par exemple ou les grenouilles agiles. L’intérêt de la forêt est déjà connu et reconnu par tous puisque Valbonne est située dans sa plus grande partie dans un site Natura 2000 et en zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type I. Elle fait également partie des « forêts anciennes à haute valeur de conservation » du [WWF|Fonds mondial pour la nature].

Rajoutons qu’en plus d’être une survivante, la forêt de Valbonne est une vigie pour le changement climatique. Elle a vécu la dernière période de réchauffement et elle a su s’adapter. Pour les scientifiques, ses atouts sont indiscutables. Jean-Paul Mandin, docteur en écologie et fervent défenseur de la forêt, rappelle ainsi qu’elle est « une sorte de conservatoire, une ressource génétique intéressante pour les chercheurs ». Même si les hêtres ont souffert des sécheresses de ces dernières années, ils sont toujours debout.

Aujourd’hui pourtant, malgré ses atouts indéniables, la forêt de Valbonne est en train d’être en partie décimée, coupée, tranchée, empilée dans le simple but de fournir du bois de chauffage. Le non respect du plan d’aménagement initial (document établi par l’ONF pour la gestion de la forêt), qui était déjà très agressif, engendre des dommages irréversibles. Les cloisonnements d’exploitation, trouées réalisées pour faire entrer et sortir les engins et le bois coupé, concernent une surface importante, source de dessèchement des sols et de fragmentation de la forêt très préjudiciables aux espèces-hôtes qui y vivent.

La forêt est en danger. La Frapna Ardèche, l’association Terre d’Avenir, ainsi que de nombreux maires des communes environnantes et la population locale très attachée à ce lieu et consciente de sa préciosité se sont unis pour relayer cet appel. La pétition contre la destruction de la forêt a déjà réuni plus de 4.500 signatures.

Le 22 janvier 2020, le sort de cet espace exceptionnel sera tranché lors d’une audience au tribunal de Nîmes. La forêt n’a pas de voix, son cri est inaudible, alors, nous, promeneurs, population locale, associations et élus nous nous chargeons de vous faire parvenir ce cri. Entendrez-vous l’appel de la forêt de Valbonne ?


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.






Lire aussi : Forêts publiques : l’État réfléchit au démantèlement de l’ONF

Source : Courriel à Reporterre

Photo :
. chapô : Olivier / Flickr
. Monastère. Altitude rando
. Forêt : mairie de Valbonne

DOSSIER    Forêts

THEMATIQUE    Nature
2 juin 2020
Au sein des foyers, les tâches écologiques retombent sur les femmes
Info
2 juin 2020
La voûte céleste envahie par les milliardaires du numérique
Tribune
3 juin 2020
À Lille, précaires et habitants se battent pour préserver une immense friche urbaine
Alternatives


Dans les mêmes dossiers       Forêts



Sur les mêmes thèmes       Nature