Vladimir, Journaliste pigiste

7 juin 2016 / par sautelet



« Aucune pitié pour les règles du photoreportage »

« Jean-Pierre d’Aigues-Mortes n’avait pas de profession : il était envoyé spécial de journaux. Depuis des années, il arpentait la terre d’un point cardinal à un autre. Aussi, pouvait-il jurer que la géographie se trompe en n’avouant que quatre points cardinaux », observait Albert Londres avec justesse. Pour ma part, je commence par m’exercer en Amérique du Sud, avant de rallier l’Afrique du Nord et l’Espagne, puis de revenir en France. J’ai grandi chez les écologistes, et mon dada consiste à relier environnement et questions sociales. Passionné de photo, je n’ai aucune pitié pour les règles du photoreportage : conséquence, le résultat est souvent raté. Il reste du chemin à parcourir pour changer le monde ; le train est devenu un luxe, mais heureusement, il me reste de la semelle.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.
20 janvier 2017
Les idées de la décroissance infusent la société en silence
Tribune
20 janvier 2017
A Troyes, le restaurant alternatif fait vivre la culture
Alternative
19 janvier 2017
Pour l’oligarchie réunie à Davos, les événements climatiques sont le premier risque mondial
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Du même auteur       sautelet