Vladimir Slonska-Malvaud, journaliste pigiste

7 juin 2016

« Aucune pitié pour les règles du photoreportage »

« Jean-Pierre d’Aigues-Mortes n’avait pas de profession : il était envoyé spécial de journaux. Depuis des années, il arpentait la terre d’un point cardinal à un autre. Aussi, pouvait-il jurer que la géographie se trompe en n’avouant que quatre points cardinaux », observait Albert Londres avec justesse. Pour ma part, je commence par m’exercer en Amérique du Sud, avant de rallier l’Afrique du Nord et l’Espagne, puis de revenir en France. J’ai grandi chez les écologistes, et mon dada consiste à relier environnement et questions sociales. Passionné de photo, je n’ai aucune pitié pour les règles du photoreportage : conséquence, le résultat est souvent raté. Il reste du chemin à parcourir pour changer le monde ; le train est devenu un luxe, mais heureusement, il me reste de la semelle.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.
17 octobre 2018
La science confirme le lien entre changement climatique et pluies extrêmes
Tribune
17 octobre 2018
Peut-on avoir un smartphone et être écolo ?
Une minute - Une question
16 octobre 2018
À Roubaix, les jardins familiaux rendent la ville de plus en plus verte
Alternative


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre