L’Église d’Angleterre retire ses billes des secteurs du charbon et des sables bitumineux

Durée de lecture : 1 minute

4 mai 2015 / par Élisabeth Schneiter (Reporterre)

L’Église anglicane d’Angleterre, l’une des plus riches du monde, a annoncé le 30 avril qu’elle avait cédé ses actifs dans les sables bitumineux et les centrales thermique au charbon, pour un total de 18,42 millions de dollars. L’objectif est de lutter contre le changement climatique et de favoriser la transition vers une économie à faible teneur en carbone. Dorénavant, l’Eglise, qui compte environ 26 millions de membres en Grande Bretagne, n’investira plus dans des entreprises qui tirent plus de 10 % de leurs revenus de ces sources d’énergie.

« Le changement climatique est déjà là, a déclaré le Chanoine Richard Burridge, vice-président du Comité d’investissements éthiques de l’Église, et l’Église a la responsabilité morale de parler et d’agir à la fois sur la bonne gestion de l’environnement et la justice climatique pour les plus pauvres qui sont les plus vulnérables au changement climatique. »

D’après le journal The Guardian, si l’Eglise, qui a un portefeuille de 12,1 milliards de $, retirait ses actifs de tous les combustibles fossiles, y compris des sociétés de pétrole et de gaz, ce serait la plus grande institution dans le monde à le faire.

Bien que l’Église ait cédé ses participations dans des sociétés exploitant certaines sources de combustibles fossiles, au moins un de ses membres éminents a des liens avec l’industrie pétrolière. Justin Welby, qui a travaillé pendant onze ans dans l’industrie pétrolière, est devenu archevêque de Canterbury en 2013, un rôle qui fait de lui le chef spirituel de l’Église anglicane et le doyen de ses évêques.

- Plus de détails (en anglais)



Lire aussi : Sous la pression, les banques françaises se désinvestissent du charbon


THEMATIQUE    Économie
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
18 septembre 2019
Les travailleurs sous-traitants du nucléaire en grève car « la sécurité se dégrade »
Entretien
19 septembre 2019
Climat : la France ne tient pas ses objectifs
Info


Sur les mêmes thèmes       Économie



Du même auteur       Élisabeth Schneiter (Reporterre)