La fragmentation des habitats est une « bombe à retardement » pour les écosystèmes, selon une étude scientifique

Durée de lecture : 1 minute

18 mai 2015


La fragmentation d’un écosystème naturel consiste en la division du paysage (bois, plaines, forêts…) en fragments plus petits et isolés, séparés par des paysages transformés par l’homme (champs agricoles, villes, canaux...).

Une bombe à retardement

Une étude à grande échelle menée par un consortium international de chercheurs, comprenant Jean Clobert de la Station d’écologie expérimentale du CNRS à Moulis, révèle que ce processus est une véritable bombe à retardement. Ces travaux montrent que la division des habitats naturels aura des effets négatifs à long terme non prévus jusque-⁠là, non seulement sur la biodiversité des écosystèmes, mais aussi sur leur fonctionnement.

Contrairement à ce que pensaient les biologistes jusqu’à maintenant, les conséquences les plus visibles des fragmentations en cours ne seront détectables que dans 15 à 20 ans.

- Source : CNRS




THEMATIQUE    Nature
13 septembre 2019
Train de nuit : le réveil se fait attendre
Enquête
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
13 septembre 2019
La Nuit des ours, un moment de grâce et de frissons
Chronique


Sur les mêmes thèmes       Nature