Le plan d’aide à la Grèce visait en fait à sauver les banques étrangères

Durée de lecture : 1 minute

22 juin 2015


Une commission chargée par le Parlement grec d’établir un audit des finances du pays estime que les plans d’aide des institutions internationales n’avaient pas vocation à sauver Athènes, mais seulement les banques étrangères.

Cette commission a commencé ses travaux en avril. Elle a fait l’audit de la dette grecque, en a décomposé les éléments et en a retracé l’historique.

Jeudi 18 juin, la commission composée d’experts et de représentants de la société civile a rendu ses premières conclusions. Lesquelles dénoncent l’illégitimité et l’illégalité d’une partie de cette dette.

Les experts établissent notamment que « le premier accord de prêt de 2010 visait en premier lieu à sauver les banques privées grecques et européennes et à permettre aux banques de réduire leur exposition aux titres publics grecs ».

- Source : Libération et CADTM (ce dernier lien présente une synthèse développée du rapport).



Lire aussi : Christine Lagarde reproche aux Grecs de ne pas payer d’impôts, mais elle-même n’en paye pas !


DOSSIER    Grèce

24 septembre 2019
A Bure, les travaux accélèrent ? Battons nous contre la poubelle nucléaire
Tribune
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
23 septembre 2019
« Comment osez-vous ? » À l’ONU, Greta Thunberg fustige les politiques
Brèves


Dans les mêmes dossiers       Grèce