Le plan d’aide à la Grèce visait en fait à sauver les banques étrangères

22 juin 2015


Une commission chargée par le Parlement grec d’établir un audit des finances du pays estime que les plans d’aide des institutions internationales n’avaient pas vocation à sauver Athènes, mais seulement les banques étrangères.

Cette commission a commencé ses travaux en avril. Elle a fait l’audit de la dette grecque, en a décomposé les éléments et en a retracé l’historique.

Jeudi 18 juin, la commission composée d’experts et de représentants de la société civile a rendu ses premières conclusions. Lesquelles dénoncent l’illégitimité et l’illégalité d’une partie de cette dette.

Les experts établissent notamment que « le premier accord de prêt de 2010 visait en premier lieu à sauver les banques privées grecques et européennes et à permettre aux banques de réduire leur exposition aux titres publics grecs ».

- Source : Libération et CADTM (ce dernier lien présente une synthèse développée du rapport).




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Christine Lagarde reproche aux Grecs de ne pas payer d’impôts, mais elle-même n’en paye pas !


DOSSIER    Grèce

22 septembre 2018
À Paris aussi, c’est le temps des vendanges
Reportage
21 septembre 2018
Steffen M., mort à Hambach pour « informer les gens de ce qu’il se passe »
Info
21 septembre 2018
À Hambach, les batailles de l’esprit
Édito


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Grèce