Les OGM font bien partie des discussions sur le projet de traité TAFTA

Durée de lecture : 1 minute

6 juillet 2015


Les investisseurs américains espèrent que le traité de libre-échange transatlantique, ou TAFTA, ouvrira la porte de l’Europe aux OGM. C’est ce que montrent des échanges de courriels obtenus par le Corporate Europe Observatory et l’association Inf’OGM. Ces mels montrent par exemple que le bureau du représentant au commerce américain a invité une délégation européenne à une rencontre avec les représentants des grands semenciers américains et européens. L’invitation a été acceptée, et le courriel de résumé de la réunion indique les sujets sur lesquels ont porté les discussions.

Premier sujet, le taux d’OGM autorisé dans les importations de semences. La politique de la tolérance zéro est appliquée pour l’instant. « Mais même si le taux passait à 1 %, cela pourrait permettre de multiplier les plantes OGM cultivées d’année en année », écrit Eric Meunier d’Inf’OGM.

Deuxième point discuté, les nouvelles biotechnologies. Leur acceptation dépend de la définition des OGM donnée par l’Europe. « Effectivement, il n’est pas prévu de changer le texte de cette définition. Mais la commission européenne pourrait changer son interprétation, notamment en vue de l’adoption du traité transatlantique », précise Eric Meunier. Ainsi, certaines biotechnologies pourraient être acceptées sans aucune restriction puisqu’elles ne seraient pas classées dans la catégorie surveillée des OGM.

- Source : Inf’OGM



Lire aussi : Par le TAFTA et le CETA, l’Europe ouvre la porte aux OGM


DOSSIER    OGM Traités de libre-échange

21 février 2020
Qu’est-ce que l’écologie du XXIe siècle ?
1 minute, 1 question
20 février 2020
Les travailleurs du soin, malades du néolibéralisme
Enquête
20 février 2020
L’écologie au pouvoir : bilan d’un mandat à Grenoble
Reportage


Dans les mêmes dossiers       OGM Traités de libre-échange