Les lumières artificielles perturbent les écosystèmes

Durée de lecture : 1 minute

10 juillet 2015




La nuit, les lumières artificielles perturbent les écosystèmes. C’est ce que détaille l’étude publiée le 7 juillet par l’Association nationale pour la protection du ciel et de l’environnement nocturne et la Mission économie du groupe Caisse des dépôts. Toute une série d’effets sur diverses espèces sont recensés : vision nocturne gênée, éblouissement, désynchronisation des rythmes biologiques, perturbation des migrations et des déplacements nocturnes, de la reproduction ou encore changement dans les relations proies-prédateurs, etc.

Ceci, alors que « le nombre de points lumineux de l’éclairage public a augmenté de 89 % entre 1992 et 2012 », indique l’association. Elle appelle les communes à se mettre dans « une démarche de rénovation ayant pour but de réduire intelligemment à la fois les consommations d’énergie et les impacts sur la biodiversité. »





Lire aussi : Le village qui éteint ses réverbères pour rallumer les étoiles


THEMATIQUE    Pollutions
23 janvier 2021
Le gouvernement et la déforestation importée : des mots, pas d’actes
Entretien
22 janvier 2021
Label Haute valeur environnementale : un instrument au service de l’agriculture intensive ?
Info
22 janvier 2021
« Nous entrons dans un isolement où nous confondons la connexion avec le lien »
Entretien


Sur les mêmes thèmes       Pollutions