Des fonctionnnaires européens sont devenus lobbyistes pour le TAFTA

Durée de lecture : 1 minute

22 juillet 2015


Un rapport publié par l’association Corporate Europe Observatory (CEO), dévoile le processus de porte tournante entre les négociateurs du TTIP et les industries qui espèrent en tirer profit.

L’étude met en évidence au moins quinze exemples de fonctionnaires qui, après avoir occupé des postes importants au sein de la Commission européenne ou du gouvernement du Royaume-Uni, sont maintenant des lobbyistes influents dans les négociations du traité transatlantique de libre-échange, dit TAFTA, au nom de certains des plus grands groupes alimentaires, de télécommunications, de produits pharmaceutiques et autres industries. Inversement, des employés de l’industrie sont devenus fonctionnaires au sein de la Commission.

Maria Trallero, par exemple, qui était membre de la Direction générale Commerce à Bruxelles, travaille aujourd’hui pour un lobby de l’industrie pharmaceutique, European Federation of Pharmaceutical Industries and Associations (EFPIA). Inversement, Eloin O’Malley, qui travaillait pour le lobby Business Europe, siège maintenant à la Direction générale Commerce et à la Direction générale Santé et sécurité alimentaire (Sanco).

- Source : Corporate Europe observatory



Lire aussi : Le Parlement européen accepte le TAFTA sans broncher


DOSSIER    Traités de libre-échange

28 février 2020
Les candidats à la mairie de Paris confrontent leurs projets écologiques
Info
27 février 2020
Face aux précarités du monde, cultivons une politique de la rencontre
Tribune
17 février 2020
Exclusif : le kit de Reporterre pour aider les maires (et les citoyens) à devenir écolo
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Traités de libre-échange