Risque de « pertes gigantesques » pour les investissements carbone

Durée de lecture : 1 minute

30 septembre 2015

Le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mark Carney, a présenté mardi 29 septembre à Londres un rapport de son Autorité de régulation prudentielle intitulé « The impact of climate change on the UK insurance sector » L’impact du changement climatique sur le secteur britannique des assurances »), qui estime que l’exposition des investisseurs britanniques ayant investi dans le carbone est « potentiellement gigantesque ».

Ces risques sont de trois ordres. Le premier, spécifique aux assureurs, est liés aux dommages, à la mortalité et à la morbidité induits par le changement climatique.

Le deuxième risque est lié à la transition vers une économie plus sobre en carbone. En effet, le Giec estime que pour contenir le réchauffement climatique sous le seuil de 2 °C, il faut renoncer à brûler entre un cinquième et un tiers des réserves mondiales prouvées de pétrole, de gaz et de charbon. Cela peut entraîner une chute des cours des actifs financiers intensifs en carbone, et des pertes potentiellement énormes pour les investisseurs qui les détiennent.

Le troisième risque est un « risque de responsabilité » : les assureurs pourraient subir des pertes, liées à des poursuites judiciaires contre leurs dirigeants qui n’agiraient pour atténuer le changement climatique, n’informeraient pas sur leur impact environnemental ou ne respecteraient pas les réglementations.

Pour faire face à de tels risques, le gouverneur de la Banque d’Angleterre suggère une plus grande transparence des entreprises sur leur empreinte climatique, la création d’une « task force » qui aiderait les entreprises à réaliser des rapports d’activité climatiques, et l’élaboration de « stress-tests climatiques » qui permettraient de prévoir l’impact du changement climatique sur l’activité des entreprises.

- Source : European Climate Foundation




THEMATIQUE    Climat
13 septembre 2019
Train de nuit : le réveil se fait attendre
Enquête
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
13 septembre 2019
La Nuit des ours, un moment de grâce et de frissons
Chronique


Sur les mêmes thèmes       Climat