Le texte de négociation est contesté par les pays du sud

Durée de lecture : 1 minute

20 octobre 2015

L’Afrique du Sud, s’exprimant au nom des 134 pays en voie de développement réunis au sein du groupe G77, a déclaré lundi 19 octobre pendant la séance d’ouverture des négociations sur le climat à Bonn, que le texte présenté début octobre par les deux coprésidents s’apparentait à « de l’apartheid » pour les pays en voie de développement.

Ce groupe, qui compte des poids lourds comme la Chine et l’Inde, juge le texte trop favorable aux pays développés. Il estime que les enjeux clés pour ses pays membres - le financement de l’adaptation au réchauffement climatique et celui du processus dit des « pertes et dommages » - ne sont pas assez pris en compte : aucun élément de langage employé dans le texte ne prévoit de mesures contraignantes pour les pays développés envers les pays en développement.

Pire encore, la question de la sécurité alimentaire a disparu du document présenté début octobre. « L’adaptation et le processus de pertes et dommages bénéficient bien de paragraphes séparés, ce qui est positif, mais les détails sur leur financement restent vagues ou sont absents », critique Saleemul Huq, du Centre international pour le changement climatique et le développement.

- Source : Novethic



Lire aussi : Le texte de la COP 21 n’est pas à la hauteur du danger climatique


DOSSIER    Climat : de COP en COP

17 septembre 2019
Dans les forêts du Morvan, l’État refuse d’encadrer les coupes rases
Enquête
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
18 septembre 2019
Climat : de la prise de conscience à la conscience politique
Édito


Dans les mêmes dossiers       Climat : de COP en COP