Les véhicules diesel autorisés à polluer davantage

Durée de lecture : 1 minute

29 octobre 2015

Mercredi 28 octobre, les Etats européens ont revu à la baisse les ambitions des futurs tests d’homologation en conditions réelles, tests qui s’appliqueront aux véhicules diesel à partir de 2017. Le seuil limite d’émissions d’oxyde d’azote (NOx) sera de 80 mg/km, mais avec un seuil de tolérance de 50 %.

Ces Etats, rassemblés en comité technique, ont décidé que le seuil de tolérance serait de 110 % de 2017 à 2019, et de 50 % ensuite. Cette marge est moins ambitieuse que la marge proposée par la Commission européenne (60 % de 2017 à 2019, 20 % ensuite).

Actuellement, les tests d’homologation sont réalisés en laboratoire. Problème, d’importants écarts d’émissions, parfois de l’ordre de 400 %, ont été constatés entre les tests en laboratoire et en conditions réelles (à l’extérieur, sur route, etc.). La Commission européenne a donc proposé, dès 2011, que les tests soient réalisés en conditions réelles à partir de 2017.

Une réforme importante, rendue urgente suite par la découverte en septembre dernier d’un logiciel de fraude sur des millions de véhicules Volkswagen, permettant de diminuer artificiellement les émissions lors de tests en laboratoire.

- Source : Les Echos



Lire aussi : Renault-Nissan, champion d’Europe de la pollution


THEMATIQUE    Pollutions
17 septembre 2019
Dans les forêts du Morvan, l’État refuse d’encadrer les coupes rases
Enquête
17 septembre 2019
La Durance, une rivière asséchée par les barrages et le dérèglement climatique
Enquête
18 septembre 2019
Climat : de la prise de conscience à la conscience politique
Édito


Sur les mêmes thèmes       Pollutions