À Bruxelles, les poissons à la carte des restaurants ne sont pas ceux servis dans l’assiette

Durée de lecture : 1 minute

4 novembre 2015



En moyenne, 30 % des poissons servis dans les restaurants de Bruxelles ne correspondent pas à l’espèce annoncée et sont remplacés par des espèces moins coûteuses. C’est ce que montre une étude menée par l’ONG internationale Oceana et dévoilée le 3 novembre. Dans 95 % des cas, le thon rouge était remplacé par du thon albacore ou du thon obèse, le cabillaud a été remplacé dans 13 % des cas et la sole dans 11 % des assiettes.

L’étude a été menée dans les restaurants touristiques de Bruxelles, dans des restaurants de sushis et dans les cantines des institutions européennes. « Les consommateurs se font arnaquer et s’exposent au blanchiment de poissons illégaux, réagit Lasse Gustavsson, directeur exécutif d’Oceana en Europe. L’UE doit mettre fin à ces pratiques commerciales douteuses et prendre ses responsabilités pour améliorer la traçabilité et l’étiquetage des produits de la mer. »

Source : Oceana






DOSSIER    Pêche

26 septembre 2020
Covid : nous devenons une société d’androïdes masqués
Chronique
25 septembre 2020
En pleine croissance, le réseau Biocoop est contesté sur le plan social
Enquête
23 septembre 2020
La réforme de la recherche « ne nous incite pas à prendre soin du monde dans lequel on vit »
Entretien


Dans les mêmes dossiers       Pêche