À Bruxelles, les poissons à la carte des restaurants ne sont pas ceux servis dans l’assiette

Durée de lecture : 1 minute

4 novembre 2015

En moyenne, 30 % des poissons servis dans les restaurants de Bruxelles ne correspondent pas à l’espèce annoncée et sont remplacés par des espèces moins coûteuses. C’est ce que montre une étude menée par l’ONG internationale Oceana et dévoilée le 3 novembre. Dans 95 % des cas, le thon rouge était remplacé par du thon albacore ou du thon obèse, le cabillaud a été remplacé dans 13 % des cas et la sole dans 11 % des assiettes.

L’étude a été menée dans les restaurants touristiques de Bruxelles, dans des restaurants de sushis et dans les cantines des institutions européennes. « Les consommateurs se font arnaquer et s’exposent au blanchiment de poissons illégaux, réagit Lasse Gustavsson, directeur exécutif d’Oceana en Europe. L’UE doit mettre fin à ces pratiques commerciales douteuses et prendre ses responsabilités pour améliorer la traçabilité et l’étiquetage des produits de la mer. »

Source : Oceana




DOSSIER    Pêche

2 avril 2020
Désinfecter les villes ? Destructeur pour les milieux aquatiques
Info
2 avril 2020
Au nom du coronavirus, l’État libéralise l’installation des antennes-relais
Info
2 avril 2020
La crise sanitaire est l’occasion de réfléchir à la décroissance choisie
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Pêche